Ann Cleeves – Des vérités cachées

Cleeves_2

Si vous comptez parmi les téléspectateurs de France 3, le nom de Vera Stanhope ne vous est probablement pas inconnu grâce à la série télévisée « Les enquêtes de Vera ». N’ayant pas suivi la série, j’ai préféré faire sa connaissance à travers les livres d’Ann Cleeves. Dans cette enquête, sous le titre Des vérités cachées, l’auteure nous emmène dans une ville du Northumberland (dans le nord-est d’Angleterre) pour enquêter sur le meurtre d’un garçon…

Un soir, Julie Armstrong s’octroie une petite sortie bien méritée. Divorcée, sa vie tourne presque exclusivement autour de son fils Luke ; sa fille Laura se retrouvant mise un peu de côté. Mais Luke a des troubles d’apprentissage et demande beaucoup d’attention et de soutien. En rentrant à la maison, fatiguée et encore sous l’emprise de l’alcool, elle découvre son fils mort dans une baignoire. Julie s’effondre et culpabilise aussitôt d’avoir laissé son fils seul, de ne pas l’avoir épaulé suffisamment, de ne pas l’avoir empêché de se suicider. Néanmoins, lorsque Vera Stanhope arrive sur les lieux du crime, son verdict est clair : le jeune garçon a été assassiné. Quelque temps après, un autre cadavre vient d’être découvert, arrangé de façon semblable. Nul doute, c’est le même meurtrier. Vera, son adjoint Joe et ses collègues se mettent en quatre pour l’arrêter.

Ann Cleeves met en scène des caractères très variés et intéressants, majoritairement dans le milieu universitaire. En effet, la deuxième victime a été retrouvée par un groupe d’amis qui partage la même passion : l’ornithologie. Evidemment, tout le monde a ses faces cachées, côtés sombres, ses secrets. Un universitaire âgé au charisme magnétique, un bibliothécaire dont la femme s’est suicidé dans le passé, un homme qui vit plutôt isolé avec sa mère et bien d’autres encore… Le lecteur se fait plaisir à jeter la culpabilité tantôt sur l’un, tantôt sur l’autre.

Vera interroge chacun avec minutie. Elle arrive en grandes pompes, bruyamment avec ses kilos de trop, son apparence plutôt négligée, roulant les yeux en cachette quand on lui propose une tasse de thé (le verre de whiskey sur la photo est pour elle !). Au début, les gens ont tendance à la sous-estimer. Mais vite, les traits de ceux qui ont quelque chose à cacher se figent, car notre Vera est bien futée et ne se laisse pas impressionner. Elle me rappelle en effet l’inspecteur Colombo.

Vera buvait trop. Trop souvent en tout cas. Affectivement dépendante, pensait-elle. Pas accro.

L’enquête est très bien ficelée, sans points morts ; les personnages bien travaillés, crédibles. Je n’arrivais pas à poser le livre, j’ai dû le finir tard dans la nuit tellement j’ai été prise par l’enquête – je devais tout simplement savoir qui était le coupable ! Un polar à lire absolument, pas seulement par les amateurs de Colombo ou d’Hercule Poirot, mais par tous ceux qui aiment bien les polars où la psychologie des personnages l’emporte sur la violence ou les détails sanglants.

X achetez-le chez votre libraire

emprunter dans votre bibliothèque

lire plutôt autre chose

Des vérités cachées de Ann Cleeves. Traduit de l’anglais par Claire Breton. Archipoche, 2019, 408 pages.

 

2 réflexions sur “Ann Cleeves – Des vérités cachées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.