Cătălin Mihuleac – Les Oxenberg & les Bernstein

Parmi l’abondante production littéraire des derniers mois, j’ai été interpellé par le nombre de chroniques sur la blogosphère, souvent très positives, concernant le roman de l’écrivain roumain Cătălin Mihuleac, Les Oxenberg & les Bernstein. Citons de façon non exhaustive les billets de Les livres d’Eve, Mon biblioblog, Carnets de voyages. Heureux de voir un roman roumain contemporain, largement récompensé dans son pays, être ainsi mis à l’honneur dans sa version française, je me suis lancé à mon tour dans cette lecture !

Lire la suite

Philippe Calleux – Les Discordances

Pierre Gerson est un homme comblé : riche négociant en grain, issu d’une famille bourgeoise parisienne d’origine juive, il est connu et reconnu par ses pairs mais également l’ami des ministres. Ancien combattant de la Première Guerre Mondiale, il reçoit la médaille d’Officier de la Légion d’Honneur en 1938, quand s’ouvre le récit. Néanmoins, il ne perçoit pas les dangers qui se rapprochent des Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale… Dans Les discordances, son premier roman, Philippe Calleux donne la parole à Pierre Gerson sous forme d’un journal des années de guerre.

Lire la suite

Robert Bober – Berg et Beck

C’est aujourd’hui ma troisième et dernière participation aux Lectures communes autour de l’Holocauste, organisées avec Passage à l’Est! Après avoir lu Et tu n’es pas revenu de Marceline Loridan-Ivens, qui retrace les souvenirs d’une rescapée de l’holocauste mais surtout l’absence du père, puis le journal d’une jeune fille, Eva Heyman, J’ai vécu si peu, relatant avec tant d’émotions les derniers mois avant sa déportation, je voudrais vous parler aujourd’hui de Berg et Beck, de Robert Bober. Berg et Beck étaient deux élèves amis d’une école parisienne. Soudain, le jeudi 16 février 1942, survient la Rafle du Vélodrome d’Hiver.

Lire la suite

Jiří Weil – Mendelssohn est sur le toit

WeilLa maison d’édition Le Nouvel Attila vient de republier le livre devenu introuvable de l’auteur tchèque Jiří Weil, Mendelssohn est sur le toit, et l’on ne peut que se féliciter de cette décision. Le roman est ici accompagné d’un petit texte intitulé Complainte pour 77297 victimes, dans lequel l’écrivain nous livre un résumé glaçant de ce que fut la shoah dans le protectorat de Bohême-Moravie. Une oeuvre que je vous propose de (re)découvrir dans le cadre du « Mois de l’Europe de l’Est ».

Lire la suite