Eliot Coleman – The new organic grower

Coleman_1.JPGOn évoque de plus en plus les « micro-fermes » comme l’une des solutions pour nourrir la planète mais si l’on entend parfois parler de revenus importants générés sur des surfaces très réduites, il existe finalement peu d’exemples concrets ayant prouvé leur rentabilité. C’est la raison pour laquelle je voulais absolument présenter Eliot Coleman et son ouvrage malheureusement non traduit en français à ce jour bien que la première version date de 1989, The new organic grower. Coleman gère dans le Nord-Est des Etats-Unis une petite exploitation agricole de façon « écologiquement intensive » et expose dans ce livre les connaissances qu’il a rassemblées en plus de cinquante ans de pratique de maraîchage biologique. Un livre que je vous propose de découvrir aujourd’hui dans le cadre de la série « Nourrir le monde ».

« Une nourriture fraîche, locale, biologique, non transformée ». Voilà le credo défendu par Eliot Coleman. Pour les personnes s’intéressant à la nourriture et sa production, le nom de Coleman est désormais bien connu. Il sert souvent d’inspiration à des maraîchers de nombreux pays, comme en France. Pour arriver à générer un revenu sur de faibles surfaces (1ha et plus), le système est basé sur quatre piliers : la simplification des techniques  de production, l’utilisation de l’outillage le plus efficient, de faibles dépenses, et une commercialisation rémunératrice.

Two and a half acres (1 hectare) is the optimal size because it is about as much land as a couple or small family can manage for growing, harvesting, and maintaining fertility.

La force du livre dont il est question aujourd’hui est évidente : c’est la richesse du vécu. Divisé en trente chapitres, il passe en revue différents thèmes comme la terre, la rotation des cultures, le semis et le repiquage, la lutte contre les adventices, la récolte ou encore le marketing… Vous le constatez, une part importante du livre est donc consacrée aux modes de production. Parmi ceux-ci, je souhaiterais lister les points suivants qui m’ont semblé des plus intéressants :

  • les extensions de saison. Oui, même en région froide, selon Coleman, il est possible de produire en hiver. Il a d’ailleurs consacré un ouvrage récemment à ce thème, Des légumes en hiver, traduit cette fois-ci en français. Il utilise pour cela des serres dans lesquels les légumes sont recouverts par un voile de protection ;
  • la gestion de la fertilité, en associant des animaux dans la rotation. Si le fumier de cheval est l’effluent idéal, Coleman y ajoute aussi des poules. Parquées sur un mélange herbe/légume qui peut assurer 40% de leurs besoins, elles restituent ainsi au sol 75% de la valeur nutritive de l’aliment consommé ;
  • les serres mobiles. Il consacre plusieurs pages à cette méthode astucieuse qui permet de mettre sous serre les plantes quand elles en ont besoin et de ne pas les immobiliser pour plusieurs mois sur un nombre limité de cultures. Celles-ci peuvent aussi abriter les poules pendant l’hiver, une façon astucieuse de gérer la fertilité du sol ;Coleman_2
  • le recours au repiquage pour un grand nombre de légumes. Cela m’a beaucoup surpris, car on parle même de maïs pour la récolte primeur. En fait, un chapitre est dédié à cette technique qui permet de gagner beaucoup de temps au démarrage de la culture, au lieu de semer la plupart des graines directement. Là encore, l’innovation est de ne pas recourir aux pots traditionnels qui obligent les racines à tourner, mais des blocs de substrat. Pour l’auteur, c’est une technique essentielle pour ces fermes de faible surface ;
  • les plans de section du jardin. Chaque section mesure 30m de long sur 10m de large et sera sous-divisée en plusieurs sous-section. Des propositions de rotation de culture tenant compte de ce dispositif font également partie du livre.

Voilà donc une lecture passionnante et l’on se dit que ce genre de fermes aux abords des grands centre de consommation aurait un intérêt indéniable !

X Achetez ce livre si vous vous intéressez à l’agriculture et l’alimentation

Empruntez-le dans votre bibliothèque

Lisez autre chose

The New Organic Grower – A master’s manual of tools and techniques for the home and market gardener, de Eliot Coleman. Chelsea Green Publishing. 2018 (30th anniversary edition). 304 p.

Site Internet de la Ferme des Quatre Saisons d’Eliot Coleman http://fourseasonfarm.com

2 réflexions sur “Eliot Coleman – The new organic grower

  1. luocine 4 février 2020 / 18:06

    quelle variété dans les sujets qui t’intéressent !

    J'aime

    • Patrice 7 février 2020 / 10:18

      Merci, je m’intéresse beaucoup à ce sujet de l’alimentation et des modèles agricoles.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.