Martha Batalha – Un château à Ipanema

C’est ma première rencontre avec l’auteure brésilienne Martha Batalha. Je m’attendais à un roman plutôt léger, mais Un château à Ipanema est comme un caméléon et change son ambiance au fur et à mesure que les années passent dans ce beau pays qu’est le Brésil…

Sans trop de détour, le lecteur accompagne le couple Jansson dans leur voyage à Ipanema. En effet, en 1904, ils quittent la Suède pour le Brésil, où Johan devient ambassadeur. C’est un couple assez curieux : Johan, géant de taille et Birgit, hantée par des voix qui la poussent à faire certains gestes à d’innombrables répétitions. La dernière goutte pour quitter l’Europe fut le traitement sans succès de Sigmund Freud. Ne voyant pas leur avenir en Suède, ils s’installent donc à Ipanema, dans cette station balnéaire qui ressemblent à un paradis, un petit monde à lui. Ils y construisent un château et mettent 3 fils au monde.

L’attention sera progressivement dirigée sur les enfants du couple ou sur leurs compagnes, le récit ne s’arrêtant qu’en 2008. Nous parcourons donc tout le siècle de l’Histoire tourmentée du pays. En effet, le livre qui commence comme un récit d’un couple devient progressivement un témoignage de la transformation du pays. Plus légère au début, dans une ville où se côtoient les gens divers, souvent assez excentriques. Puis sombre quand on s’enfonce dans le trou noir de la dictature et de la torture. On a à peine le temps de souffler et on nous envoie dans les années de changement de la société. Tandis que les plus âgés secouent la tête, Estela, notre héroïne touchante de la deuxième moitié du récit, engloutit les livres sur l’émancipation de la femme, enfile un survêtement moulant et fait de la gymnastique devant la télé.

Le fait d’avoir accès à toutes ces informations était extrêmement gratifiant. Il suffisait à Estela d’entendre le générique de TV Mulher pour qu’elle se sente d’emblée émancipée. Elle en venait même à faire du féminisme appliqué chez elle, comme lorsqu’elle avait demandé à Tavinho de faire la vaisselle les jours où Dalvanise ne travaillait pas. Il s’y plia une fois.

Un château à Ipanema est un roman doux-amer sur la vie. En alternant de petites anecdotes comme les rivalités entre la mère et sa belle-fille dans la cuisine qui font sourire, avec des passages extrêmement noirs sur la dictature, Martha Batalha a su créer une histoire très vivante et touchante sur l’intimité d’un individu dans les tourments de l’histoire. L’écriture est assez originale et je serais plutôt curieuse de découvrir également le premier roman de l’auteure (Mille talents d’Euridice Gusmao). 

acheter chez votre libraire

X empruntez-le dans votre bibliothèque

lire plutôt autre chose

Un château à Ipanema de Martha Batalha. Traduit du portugais par Diniz Galhos. Denoël. 2018, 352 pages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.