Heinrich von Kleist – Michael Kohlhaas

Vous vous en êtes peut-être rendu compte, mais quand on regarde de plus près le choix éditorial concernant la littérature allemande, une chose est sûre : les éditeurs (ou les lecteurs ?) ont un penchant pour les histoires qui ont un lien avec les guerres mondiales. Afin de présenter des lectures un peu plus variées, j’ai choisi aujourd’hui de vous emmener, grâce à la plume de Heinrich von Kleist, dans l’Allemagne du XVIème siècle  pour y suivre le destin de Michael Kohlhaas.

Henrich von Kleist était un écrivain, dramaturge et poète allemand du XVIIIème siècle. En vous baladant dans certaines villes, vous allez constater que de nombreuses plaques rappellent son souvenir et des rues portent son nom, par exemple à Dresden ou à Berlin. Dans les librairies allemandes, vous trouverez ses œuvres, notamment ses nouvelles, bien rangées dans les rayons scolaires, dans des éditions où le texte est suivi d’analyse et d’interprétation. Heinrich von Kleist, non compris par ses contemporains, est donc lu, étudié et ses œuvres sont adaptées pour le cinéma ou mises en scène au théâtre.

Michael Kohlhaas-César 2014 de la Meilleure Musique Originale

C’est également le cas de la nouvelle intitulée Michael Kohlhaas – le film est sorti en 2013, réalisé par Arnaud des Pallières, avec un casting intéressant : Mads Mikkelsen et Bruno Ganz. J’ai prévu de voir ce film encore cette année, je vais donc vous en reparler plus tard.

 

Certains parmi vous se demandent probablement « Mais pourquoi tourne-elle autour du pot ? » et s’impatientent de savoir « de quoi parle enfin cette nouvelle ». Je gagne en effet du temps, parce que l’histoire est toute simple et se résume très facilement : le héros Michael Kohlhaas est un marchand de chevaux et on pourrait le caractériser d’homme honnête et droit, un réformé. Dans cette période, l’Allemagne est très déchirée et il est difficile de s’y orienter. Aussi, Kohlhaas n’est qu’à moitié étonné quand on l’arrête et on lui demande de payer un péage. Il se rend donc en ville pour s’y procurer de l’argent et laisse ses chevaux en gage en attendant. Et puis, les mauvaises nouvelles s’accumulent : le péage n’était pas légal, les chevaux subissent un très mauvais traitement… Toujours confiant, Kohlhaas cherche de l’aide par les voies officielles, mais tout se retourne contre lui. Jusqu’au moment dramatique où il décide de se faire justice lui-même…

Bien qu’écrit au début de XIXème siècle, la nouvelle traite un sujet intemporel – celui d’un homme désespéré auquel on refuse la justice. La métamorphose de Kohlhaas, très confiant et de bonne foi au début, en un homme prêt à tout, est assez spectaculaire : d’abord l’hésitation, puis le basculement… Il rencontre même Martin Luther… Oui, cette histoire est inspirée des faits réels, ce Michael Kohlhaas a bel et bien existé.

Pour celles et ceux qui préfèrent des histoires plus contemporaines, je précise qu’il existe une autre adaptation de ce roman : Ragtime écrit par E. L. Doctorow et également adapté pour le cinéma par le célèbre Milos Forman.

Je vous conseille néanmoins de revenir vers les sources et découvrir l’histoire de cet homme en face de l’injustice :

X achetez ce livre chez votre libraire ou bouquiniste

X empruntez-le dans votre bibliothèque

lisez autre chose

FR : Michael Kohlhaas, de Heinrich von Kleist, traduit de l’allemand par Georges La Flize. Flammarion, 1998, 188 pages.

DE : Michael Kohlhaas, de Heinrich von Kleist, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1997, 159 pages.

DSC_0757

 

Ce livre a été lu dans le cadre des Feuilles allemandes, consacrées à la littérature de langue allemande. Pour y participer, rien de plus simple.

  1. lisez un livre d’un(e) auteur(e) de la langue allemande (Allemagne, Autriche, Suisse…) tous genres confondus
  2. partagez votre lecture sur votre blogue au cours du mois de novembre et jusqu’au 8 décembre et communiquez-moi s’il vous plaît le lien vers votre billet pour que je puisse l’intégrer dans notre bilan à la fin
  3. revenez ensuite au point 1.

8 réflexions sur “Heinrich von Kleist – Michael Kohlhaas

      • Goran 6 décembre 2019 / 12:01

        Avec Mikkelsen, l’autre je m’en souviens 😉

        J'aime

  1. aleslire 7 décembre 2019 / 11:06

    Voilà qui pourrait me tenter, mais c’est une nouvelle ou un roman ? En tout cas, c’est pas mal de découvrir les « classiques » d’une littérature européenne.

    J'aime

  2. Ingannmic 8 décembre 2019 / 09:42

    J’avais bien aimé ce titre qui bine que court, m’est clairement resté en mémoire..

    J'aime

  3. luocine 11 décembre 2019 / 15:35

    un billet fort intéressant et une question as-tu fait un bilan du mois allemand?

    Aimé par 1 personne

    • Eva 11 décembre 2019 / 19:02

      Le bilan sera publié ce dimanche 🙂

      J'aime

      • luocine 11 décembre 2019 / 19:13

        Oh merci j’ai hâte

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.