Cătălin Mihuleac – Les Oxenberg & les Bernstein

Parmi l’abondante production littéraire des derniers mois, j’ai été interpellé par le nombre de chroniques sur la blogosphère, souvent très positives, concernant le roman de l’écrivain roumain Cătălin Mihuleac, Les Oxenberg & les Bernstein. Citons de façon non exhaustive les billets de Les livres d’Eve, Mon biblioblog, Carnets de voyages. Heureux de voir un roman roumain contemporain, largement récompensé dans son pays, être ainsi mis à l’honneur dans sa version française, je me suis lancé à mon tour dans cette lecture !

Nous suivons dans ce livre deux histoires : celle de la famille Bernstein qui se déroule aux Etats-Unis dans les années 90, et celles des Oxenberg dans la ville roumaine de Iasi en Roumanie, avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les Bernstein ont fait fortune en faisant le commerce de vêtement d’occasion ; Jacques Oxenberg est quant à lui un gynécologue d’origine juive qui s’est rendu célèbre pour pratiquer l’accouchement sans douleur.

Disons-le d’emblée, c’est l’histoire des Oxenberg qui est la plus intéressante. Ainsi, dans la Roumanie d’avant guerre, les tensions montent entre « les Roumains » et « les Juifs », ce que restitue l’auteur avec un humour très particulier :

Ionescu ? Mais oui, Ionescu, roumaine pur jus. Car en très peu de temps, sur la table de gynécologie de l’annexe de l’Hôpital israélite, des femmes chrétiennes, descendantes directes de Décébale et de Trajan, commencent aussi à desserrer leurs cuisses. Elles se dépouillent de leur antisémitisme en même temps que de leurs dessous chics en soie. Leur corps rosit de plaisir à être regardé et palpé par ce gringalet de docteur à lunettes et petite moustache. Le toucher e ses doigts – courts, mais, ah ! beethovéniens, lisztiens, brahmsiens et enesciens tout à la fois ! – leur procure d’intenses visions et des inondations incontrôlables.

C’est une époque où, face à la haine croissante du camps chrétien, la communauté juive paye des taxes de protection exhorbitantes aux chefs de la gendarmerie, de la police et de l’armée. Leurs épouses minaudent à qui mieux mieux pour obtenir leur part des enveloppes pleines de millions destinées à inciter ces gros bonnets du moment à remplir leur rôle dans la guerre judéo-chrétienne sans fin. Une partie de l’argent passe en tenues élégantes, l’autre en produits de beauté…

Pour être tout à fait honnête avec vous, j’ai abandonné la lecture du livre à mi-parcours et ce, pour deux raisons. La première tient à cet humour, ce côté satirique et ironique qu’emploie l’auteur. C’est drôle pendant un certain moment, mais ça devient franchement usant au fil de la lecture (du moins pour moi). Le second tient à l’histoire de Bernstein que je trouvais un peu longue et moins intéressante que celles des Oxenberg.

Ceci étant dit, je suis conscient que je suis passé à côté de l’essentiel du roman, c’est-à-dire du pogrom de Iași, mais je me promets de revenir sur cet événement historique tragique via une autre lecture.

Quant à ce livre, je vous conseille

de l’acheter chez votre libraire

X de l’emprunter dans votre bibliothèque pour vous faire votre propre idée

X de lire autre chose

Les Oxenberg & les Bernstein, de Cătălin Mihuleac, traduit du roumain par Marily Le Nir. Editions Noir sur Blanc, 2020, 303 pages.

27 réflexions sur “Cătălin Mihuleac – Les Oxenberg & les Bernstein

    • Patrice 19 avril 2021 / 04:28

      A lire les commentaires de celles qui ont lu le livre, je me dis que c’est peut-être dommage…

      Aimé par 1 personne

  1. Eve-Yeshé 17 avril 2021 / 13:09

    je l’ai beaucoup apprécié, c’est vrai j’ai préféré nettement la famille Oxenberg …
    Le ton satirique m’a plu car il permet de mettre l’émotion à distance et par moment, j’en avais besoin.
    rien que pour l’vocation des pogroms, de Iasi cela valait déjà le coup en ce qui me concerne car j’ai eu envie d’approfondir mes recherches 🙂
    je vois bien ce qui a pu perturber ta lecture
    bon week-end à toi 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 avril 2021 / 04:30

      Je crois que j’ai abandonné la lecture un peu tôt finalement, mais je dois dire que j’en avais assez. Tu as tout à fait raison sur le pogrom de Iasi, c’est un épisode historique que l’on a envie d’approfondir. Merci à toi pour ce commentaire et à bientôt !

      Aimé par 1 personne

      • Eve-Yeshé 19 avril 2021 / 13:25

        quand un livre me touche trop, réveille des émotions intenses, je lis un autre livre léger en même temps polar, ou des poèmes
        j’ai 2 livres doudou: 365 offrandes et 365 pensées du Dalaï Lama dans lesquels je plonge régulièrement j’en parlerai peut-être un jour 🙂

        J'aime

    • Patrice 19 avril 2021 / 04:32

      Je suis heureux de voir que la réception d’un livre peut autant varier d’un lecteur à l’autre 🙂

      J'aime

  2. Marilyne 17 avril 2021 / 15:17

    J’avoue que tu me rassures, malgré les avis enthousiastes, je n’étais pas franchement tentée. Comme tu l’écris, il y a encore beaucoup d’autres choix.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 avril 2021 / 04:33

      Mon avis a l’air néanmoins de ne pas faire partie de la majorité, tu devrais peut-être lui laisser une chance !

      J'aime

  3. nicolemotspourmots 17 avril 2021 / 15:44

    Dommage car la seconde moitié permet justement de relier les deux histoires et d’arriver à un final poignant. Je comprends néanmoins que le ton puisse être déstabilisant mais il fait entièrement partie de la démonstration de l’auteur, tout comme ce parallèle qui prend tout son sens à la fin. Pour moi c’est un sacré bouquin, qui d’ailleurs a valu beaucoup d’ennuis à son auteur en Roumanie lors de sa parution il y a 6 ou 7 ans, preuve que le sujet est encore tabou là-bas.

    Aimé par 2 personnes

    • Patrice 19 avril 2021 / 04:35

      Merci beaucoup pour ton commentaire, je me doutais bien qu’au fil du récit, les deux histoires allaient se rejoindre, mais l’envie m’a manqué pour continuer l’aventure. Je ne savais pas que l’auteur a eu beaucoup d’ennuis à cause de ce livre ; il n’est pas toujours aisé de rappeler certains faits.

      J'aime

  4. krolfranca 17 avril 2021 / 22:37

    C’est effectivement un titre qu’on a beaucoup vu sur les blogs. On ne peut pas tout aimer, ni aimer ce que beaucoup aiment, il y a des choses qui passent avec certains et cassent avec d’autres.

    Aimé par 2 personnes

    • Patrice 19 avril 2021 / 04:35

      C’est exactement le cas sur ce livre 🙂

      J'aime

  5. keisha41 18 avril 2021 / 07:17

    Dommage, mais c’est vrai que l’auteur a choisi ce ton. Je n’ajouterai rien à ce que disent les autres, je fais partie de celles qui ont aimé le roman et découvert ces réalités;

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 avril 2021 / 04:36

      Tu fais partie de la grande majorité qui a apprécié ce titre, peut-être qu’avec 20 ou 30 pages supplémentaires, j’aurais finalement changé d’avis.

      J'aime

  6. laboucheaoreille 18 avril 2021 / 15:06

    Je n’ai pas lu ce livre et ne suis pas tentée d’essayer après cette chronique. Moi non plus je n’aime pas qu’on me raconte des choses tragiques en rigolant, donc je comprends bien ton point de vue !

    Aimé par 1 personne

  7. Passage à l'Est! 18 avril 2021 / 17:55

    Je n’étais pas très tentée par ce roman lorsque je l’ai vu à sa sortie, peut-être parce que je me méfie un peu des romans avec mystère familial qui ressort bien des années plus tard. En même temps, je suis en général intéressée par ces liens entre Juifs américains et Europe centrale. Conclusion: je le lirai lorsque j’en aurai l’occasion, peut-être ferai-je moi aussi partie du camp des scotché.e.s! Merci d’avoir pris le temps de partager ton avis très mitigé.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 avril 2021 / 04:37

      Merci à toi. En tout cas, je serais content de lire ton avis sur ce livre !

      J'aime

  8. Ingannmic 19 avril 2021 / 11:06

    Un avis intéressant en tous cas, même si au final, tu me donnes tout de même envie de le lire, parce que j’aime bien l’extrait que tu cites.. mais je n’en fais pas non plus une priorité, cela attendra la sortie en poche.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 24 avril 2021 / 19:25

      Bonne suggestion !

      J'aime

  9. Agnès 19 avril 2021 / 14:51

    Ce ton m’a aussi pesé par moments mais il prend tout son sens quand on arrive au pogrome de Iasi.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 24 avril 2021 / 19:26

      En fait, c’est mon regret de ne pas avoir pu tenir jusqu’à ce moment…

      J'aime

  10. allylit 24 avril 2021 / 15:30

    La partie sur le pogrom est tellement difficile à lire que j’ai dû poser le livre à plusieurs reprises. Le contraste avec la partie plus contemporaine du récit m’a permis de « souffler » un peu face au drame raconté.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 24 avril 2021 / 19:27

      Je sentais bien que la partie autour des Oxenberg montait en tension, dommage de n’avoir pas tenu jusque là…

      J'aime

  11. jostein59 26 avril 2021 / 07:20

    J’avais lu moi aussi de bonnes critiques sur ce roman. Un livre ne peut pas plaire à tout le monde

    J'aime

  12. laminutelivres 30 avril 2021 / 18:51

    J’ai longtemps hésité à lire ce roman mais votre billet vient confirmer ce que je pensais. Je crois que je vais définitivement passer mon chemin pour cette fois.

    J'aime

Répondre à Ingannmic Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.