Miklós Bánffy – Vos jours sont comptés

Vos jours sont comptés est le premier tome des Chroniques de Transylvanie, qui en comportent trois, et qui furent rédigée par Miklós Banffy de 1934 à 1949. Aristocrate de Transylvanie, ministre des Affaires Etrangères de la Hongrie au moment des traités de l’après-guerre, il nous y décrit la vie des familles nobles de cette partie de l’Empire austro-hongrois, faisant désormais partie de la Roumanie.

Bálint Abady, un jeune homme qui sera appelé à être député et l’un des personnages principaux du roman, rentre au pays, en Transylvanie. Il se rend à une réception chez les Laczók à Vár Siklód. C’est l’occasion pour l’auteur de nous présenter un à un les protagonistes qui égaieront ce roman et qui, revenant d’un champ de course, se rendent à la fête dans leurs équipages respectives. Une entrée originale en matière pour ce roman !

Un champ de course, des réceptions… Voici également le décor posé. Une succession de fêtes, de bals, de chasses à courre, des voyages, des critiques mondaines, sans oublier des duels… Voici le quotidien de ces familles aristocrates, élites d’une Autriche-Hongrie qui, elle ne le sait pas encore, s’achemine vers sa dislocation. Ce tome s’ouvre alors en 1904, alors que les deux suivants, Vous étiez trop légers et Que le vent vous emporte, nous emmènent jusqu’en 1914.

Je l’évoquais précédemment, la galerie des personnages est riche. Citons par exemple le cousin de Balint, Laszló Gieroffy, orphelin de père, passionné par la musique, et dont le destin illustrera à quel point les portes se ferment pour ceux qui ne font pas partie du sérail ; ou encore Adrienne Milóth, très belle jeune femme dont est amoureux Bálint.

Le roman fait la part belle à l’arrière-plan historique. Depuis 1867, la monarchie est sous le signe du dualisme (Autriche-Hongrie), les revendications hongroises à l’encontre de Vienne se multiplient et donnent lieu à des surenchères parfois ridicules. Même si ces passages sont parfois complexes pour qui ne baigne pas dans ce milieu et cette époque, on suit avec intérêt ces débats, à l’image d’une discussion très intéressante qu’a Bálint avec un dénommé Slawata sur les idées de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche concernant l’abolition de la Vieille Constitution hongroise. De même, la déconnexion entre les élites et le peuple est très perceptible. Des élites qui semblent vivre dans un monde à part :

La politique, dans la haute société de Pest, n’intéressait qu’une très faible proportion d’individus. On avait autre chose en tête, des choses ô combien plus importantes. Ainsi, au printemps, les courses de chevaux, tout aussi passionnantes que les coups de fusil en automne. Pour convoquer une session de la Chambre haute, une assemblée de parti ou une réunion de club, il fallait tenir compte en été de la chasse aux perdrix, en septembre de la cervaison, à l’entrée de l’hiver des battues aux faisans ; au printemps, il fallait connaître le calendrier des courses. A la saison hippique de Budapest succédait celle du derby de Vienne, que beaucoup n’auraient voulu manquer sous aucun prétexte. C’était alors un temps mort pour des mouvements de quelque envergure

En résumé, beaucoup de choses à découvrir dans ce livre, qu’il s’agisse des personnages, du contexte dans lequel ils évoluent, sans oublier la description de la nature. Passage à l’Est! et notre regretté Goran m’avaient prédit que ce livre me plairait beaucoup. Partant de cette forte attente, je dois concéder que cela n’a pas été un coup de cœur. Je lirai sûrement la suite, mais je ne trépigne pas encore d’impatience à cette perspective !

En conclusion :

Achetez-le chez votre libraire

X Empruntez-le dans votre bibliothèque

Lisez autre chose

Vos jours sont comptés, de Miklós Banffy (Chroniques de Transylvanie, tome 1), traduit du hongrois par Jean-Luc Moreau. Libretto, 2018, 880 pages

N’hésitez pas à lire les avis d’Anniemots et de Claudialucia, tous deux très positifs.

7 réflexions sur “Miklós Bánffy – Vos jours sont comptés

    • Patrice 15 janvier 2022 / 12:53

      Excellente idée pour mars !

      J’aime

  1. laboucheaoreille 14 janvier 2022 / 15:11

    880 pages pour un roman qui ne t’a pas complètement séduit, cela fait pour le moins hésiter…
    Surtout que j’ai commencé hier La Montagne magique de T.Mann (1100 pages) et c’est déjà une tâche qui va me prendre du temps.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 15 janvier 2022 / 12:54

      J’étais peu être un peu sévère dans mon jugement car je n’ai jamais pensé en abandonner la lecture pour être très honnête. Bonne lecture de Thomas Mann !

      J’aime

  2. Marilyne 14 janvier 2022 / 15:23

    Ah, il m’attend encore, convaincue par Goran. Je n’ai pas pris le temps l’été dernier, je crois que ce sera pour l’été prochain, curieuse malgré ton bémol.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 15 janvier 2022 / 12:54

      Ne te fie pas à mes seuls commentaires, c’est une lecture qui reste très plaisante.

      J’aime

  3. Madame lit 15 janvier 2022 / 16:36

    Je crois que je pourrais aimer… J’aime ces descriptions du monde aristocratiques où règne l’insouciance… un peu comme dans «Guerre et Paix». On suit l’effondrement.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.