Paul Auster – Moon Palace

Chroniquer Moon Palace de l’auteur américain Paul Auster ne se résume pas seulement pour moi à rendre compte d’une lecture qui m’a beaucoup plu. C’est également une occasion supplémentaire de penser à notre ami Goran auquel est dédiée cette lecture commune proposée par Marie-Anne du blog La bouche à oreilles. Un livre que Goran, malgré l’absence de chronique sur son blog, avait dû beaucoup apprécier lui-même car il avait classé son roman dans son TOP 100.

C’était l’été où l’homme a pour la première fois posé le pied sur la Lune. J’étais très jeune en ce temps-là, mais je n’avais aucune foi dans l’avenir. Je voulais vivre dangereusement, me pousser aussi loin que je pourrais aller, et voir ce qui se passerait une fois que j’y serais parvenu. En réalité, j’ai bien failli ne pas y parvenir. Petit à petit, j’ai vu diminuer mes ressources jusqu’à zéro ; j’ai perdu mon appartement ; je me suis retrouvé à la rue. Sans une jeune fille du nom de Kitty Wu, je serais sans doute mort de faim. (…) A partir de là, il m’est arrivé des choses étranges. J’ai trouvé cet emploi auprès du vieil homme en chaise roulante. J’ai découvert qui était mon père. J’ai parcouru le désert, de l’Utah à la Californie. Il a longtemps, certes, que cela s’est passé, mais je me souviens bien de cette époque, je m’en souviens comme du commencement de ma vie.

Voici un extrait de la première page du livre qui, si elle révèle au lecteur les épisodes les plus marquants de la vie du jeune Marco Stanley Fogg, ne saurait en dévoiler toutes les aventures qui jalonneront ces quelques années, de 1965 à 1972. Orphelin de mère, de père inconnu, il vient de perdre son oncle Victor, qui l’avait élevé jusqu’à ce qu’il devienne étudiant. Il hérita de celui-ci 76 caisses contenant 1492 livres, qu’il se mettra à lire avant de les vendre à un bouquiniste pour financer ses études… Néanmoins, la source se tarie et, sans le sou, il est obligé de quitter son appartement, erre à New York, devient un sans domicile fixe dormant dans un coin de Central Park avant d’être sauvé par un camarade et une jeune fille dont il tombe amoureux. Souhaitant désormais être autonome financièrement, il répond à une annonce pour devenir compagnon à domicile d’un vieil homme, Thomas Effing, aveugle et confiné dans son fauteuil roulant… Effing est un « cas difficile », un homme insaisissable qui aura pour but de faire écrire sa nécrologie au jeune homme :

Un monstre, mais en même temps, il y avait en lui l’étoffe d’un homme bon, d’un homme que j’allais jusqu’à admirer. Cela m’empêchait de le détester d’aussi bon coeur que je l’aurais souhaité.

Mais les aventures du jeune M. S. Fogg ne s’arrêtent pas là, même si je préfère clore ici mon court résumé pour vous. Vous l’aurez saisi, ce livre fait la part belle aux coïncidences, aux hasards de la vie, aux bifurcations que celle-ci est amenée à prendre. Même si l’on pourrait se dire que certaines coïncidences sont exagérées, il n’en est rien. Le mérite en revient à Paul Auster qui est capable d’embarquer son lecteur dans toutes les parties du livre et à développer l’empathie envers les différents protagonistes. On ressent la solitude et le dénuement du personnage principal quand il se laisse aller à sa vie de marginal dormant dans Central Park, on est tenu en haleine par le récit de Thomas Effing racontant à Marco l’épisode de sa vie où il était allé dans le désert de l’Utah pour trouver l’inspiration dans ses peintures.

C’est un livre qui sait surprendre également, joindre ce qui peut paraître antagoniste, et dépasser les apparences. Lorsqu’Effing parle à M. S. Fogg d’un tableau du peintre Blakeloke que son interlocuteur ne connaît pas, il lui ordonne de se rendre au musée en transport en commun sans ouvrir les yeux ni demander sa route à quiconque, à observer le tableau pendant une heure sans prendre de notes… Ces quelques pages mémorables du livre montrent à quel point le jeune homme apprend à observer grâce à un homme qui lui-même a perdu la vue. Ainsi, Effing, le handicapé, et Salomon Barber, un personnage obèse qui fait son apparition dans la deuxième partie du livre, ne se limitent pas à leur handicap, et recèlent en eux des trésors insoupçonnés.

Je me suis ainsi laissé emporté par l’histoire jusqu’à la dernière page et me promets de relire Paul Auster prochainement. Merci beaucoup à La bouche à oreilles pour ce très bon choix !

C’est donc un livre que je vous conseille de découvrir en :

X l’achetant chez votre libraire

X l’empruntant dans votre bibliothèque

lisant autre chose

Moon Palace, de Paul Auster, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christine Le Boeuf. Babel, 2018, 483 pages.

Lecture faite dans le cadre d’une LC pour Goran, que je souhaite également faire rentrer dans les lectures thématiques « Autour du handicap » que nous organisons avec Ingannmic.

23 réflexions sur “Paul Auster – Moon Palace

  1. laboucheaoreille 15 septembre 2022 / 18:10

    Merci Patrice de cette participation et de tes pensées pour Goran ! Je me sens tout à fait en accord avec tes avis et tes arguments sur ce roman. Je vais noter ta participation pour le récapitulatif (qui paraîtra demain). Encore merci 🙂 Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:18

      Merci à toi pour cette proposition de lecture, Marie-Anne. Elle a été très suivie et je suis heureux de voir que la communauté des blogueurs s’est retrouvée nombreuse pour penser à Goran. A très bientôt. Patrice

      Aimé par 1 personne

  2. jostein59 15 septembre 2022 / 19:21

    J’avais noté ce rendez-vous en hommage à Goran mais je n’ai pas eu l’occasion de trouver ce titre. Et le seul Paul Auster qui me reste à lire dans ma bibliothèque est 4321. Un pavé ! Mais je pense bien à Goran en ce jour de lecture commune

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:19

      C’est l’essentiel ! Pour le reste, Paul Auster peut encore attendre un peu !

      Aimé par 1 personne

  3. Madame lit 15 septembre 2022 / 19:49

    J’ai moins apprécié que toi cette lecture mais cela a été une belle expérience pour rendre hommage à Goran. En lisant les articles des autres, je me rends compte que nos avis divergent et c’est qui rend cette lecture commune enrichissante!

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:22

      Comme toi, je suis toujours ravi par ces lectures communes car elles permettent de découvrir un livre sous des facettes différentes. Et celle-ci avait bien sûr une tonalité particulière.

      J’aime

  4. Nathalie 15 septembre 2022 / 20:34

    Je l’ai lu aussi et…bien sûr que les coïncidences sont invraisemblables, c’est le principe du roman qui revient sans cesse sur lui-même. J’ai bien aimé comment certains épisodes (la vie à Central Park, la vie dans la caverne) sont traités exactement de la même façon, comme des aventures similaires. Cela participe de la structure du roman.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:23

      Très juste observation. Je n’avais pas fait attention à ces similarités, c’est très pertinent ! Merci !

      J’aime

  5. keisha41 16 septembre 2022 / 07:04

    Hé oui je n’ai pas participé à ce RV, j’avais prévu Tombouctou, emprunté, en réserve, bref, oublié, quoi. Mais pas goran!

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:24

      L’essentiel est bien sûr de penser à Goran. Tombouctou viendra plus tard !

      J’aime

  6. krolfranca 16 septembre 2022 / 09:32

    Ce titre fait partie de ceux que j’ai envie de lire… Pensée pour Goran, mais si je n’ai pas participé à cette rencontre autour de Paul Auster…

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:25

      Je te le conseille et, à lire les avis des autres blogueurs, la majorité a été séduite par titre.

      Aimé par 1 personne

  7. Ingannmic 16 septembre 2022 / 09:57

    Je suis ravie de voir que pour beaucoup, cette lecture en hommage à Goran a été l’occasion d’une fructueuse découverte. C’est un titre qui m’avait personnellement un peu déçue, mais Paul Auster est un écrivain que j’apprécie dans l’ensemble (même si le titre lu pour cette LC n’a pas suscité mon enthousiasme et sur ce coup, je rejoins l’avis de Goran !).

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:26

      Exactement. C’est un double plaisir : celle de cette lecture, bien sûr, mais encore plus le fait de se retrouver autant pour une LC en hommage à Goran.

      J’aime

  8. Bibliofeel 16 septembre 2022 / 19:50

    Je ne suis pas aussi enthousiaste mais je reconnais que la lecture est agréable et certaines séquences sont passionnantes surtout au début du livre, la période de misère et la rencontre avec Kitty notamment… Une belle lecture commune en hommage à Goran !

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:27

      Je n’ai pas encore lu ton billet mais je vais réparer cela très vite désormais. En effet, c’est une très belle LC, et ça fait vraiment plaisir !

      J’aime

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:28

      Merci beaucoup à toi d’avoir rejoint cette LC surtout ! A très bientôt !

      J’aime

  9. Agnès 19 septembre 2022 / 10:08

    Ah il est très bien ce début. Il dit tout et on ne le comprend qu’au fur et à mesure. Je l’avais cité aussi dans mon compte-rendu.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:31

      Oui, je trouvais que cela résumait bien le livre mais que cela restait toutefois très mystérieux !

      J’aime

  10. Karine:) 19 septembre 2022 / 18:29

    Oh ça fait des ANNÉES que je n’ai pas lu Auster. Je dois bien en avoir quelques uns qui traînent, pourtant.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 septembre 2022 / 19:32

      Après avoir lu ce titre, ça m’a en tout cas donné envie d’en lire d’autres. Bonnes retrouvailles avec Paul Auster !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.