Antoine Blondin – Un singe en hiver

Immortalisé grâce à Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo dans le film éponyme, Un singe en hiver est initialement un roman écrit par Antoine Blondin en 1959. Situé dans la bourgade normande de Tigreville, il met en scène deux écorchés de la vie : Albert Quentin, le gérant de l’hôtel Stella, et Charles Fouquet, un client qui vient séjourner plusieurs semaines dans l’établissement quasiment désert. Une bien curieuse rencontre…

Hôtelier dans la force de l’âge, Albert Quentin mène une vie rangée avec sa femme Suzanne depuis 1944, date à laquelle il jura de ne plus toucher à l’alcool s’il réchappait aux bombardements du Débarquement. Cela fait désormais dix ans qu’il tient parole, qu’il n’a plus touché à un verre. Ses seules fantaisies, c’est la nuit, sous forme de rêves, qu’il se les autorise, lui qui fit son service militaire en Asie :

« Une nuit sur deux, Quentin Albert descendait le Yang-tsé-kiang dans son lit-bateau : trois mille kilomètres jusqu’à l’estuaire, vingt-six jours de rivière quand on ne rencontrait pas les pirates, double ration d’alcool de riz si l’équipage indigène négligeait de se mutiner. »

Quand paraît alors Mr Fouquet à l’hôtel Stella, on s’interroge sur les motivations de ce jeune homme qui décide de rester plusieurs semaines à la morte-saison. Petit à petit, il devient presque un membre de la famille. Je vous laisse à cet égard apprécier ci-dessous l’écriture de Blondin, qui m’a beaucoup séduite, par l’humour, par son caractère imagée, par les liens qu’il arrive à créer avec ses personnages :

Moi, qui ai d’habitude le goût de tout livrer aux êtres pour les apprivoiser, de vivre sur le seuil de moi-même, trouvant qu’il fait trop souvent sombre à l’intérieur, pourquoi ai-je éprouvé le besoin, le soir de mon arrivée, d’intriguer ce couple tranquille ?

Ce livre est empreint de tristesse, celle de Fouquet qui observe secrètement sa fille en pension à Tigreville (c’est d’ailleurs la raison de sa venue), sans aller à sa rencontre ; lui qui, à l’instar de son hôte, fait également des rêves d’ailleurs. Celle de Quentin également, dont la vie réglée se fissure peu à peu. Mais au-delà de cette tristesse, il y a une amitié naissante entre les deux hommes, au caractère paternel du côté de Quentin :

Mais ce qui demeure inexplicable, c’est l’autre jalousie, la seule, ce malaise des grandes profondeurs que j’ai ressenti quand je l’ai vu attablé avec ces gars du pays et que je me suis dit : il ne pense même pas à moi ; c’est comme si je n’existais pas. Et de ne plus habiter du tout dans l’esprit de ce garçon, moi si près de lui, cela m’a fait quelque chose. Quand il est rentré ici, je lui ai proposé du cognac, voilà jusqu’où je suis allé, pour qu’il n’aille plus toujours boire ailleurs.

Le point de rencontre se fera autour de l’alcool, mais je ne vous en dirai pas plus… Un thème qui rattache le livre à son auteur, connu également pour ses frasques (dont quelques-unes sont prêtées à Fouquet dans le roman) et sa profonde inclination pour la boisson. C’est le premier livre que je lis d’Antoine Blondin, et je vous en conseille vivement la lecture. Je me suis noté deux autres titres que vous connaissez peut-être : « L’Europe buissonière », sorti en 1949, relatant son expérience du STO en Allemagne, et « L’humeur vagabonde », qui met en scène un homme qui quitte tout pour monter à Paris.

En conclusion,

X achetez-le chez votre libraire

X empruntez-le dans votre bibliothèque

lisez autre chose

Un singe en hiver d’Antoine Blondin. Folio, 2007, 224 pages.

3 réflexions sur “Antoine Blondin – Un singe en hiver

  1. mjo 8 janvier 2018 / 14:26

    La lecture de ce livre me tente bien mais introuvable dans ma bibliothèque municipale et je doute que mon libraire l’ait en stock. J’irai voir…

    J'aime

    • Patrice 13 janvier 2018 / 20:47

      Je suis surpris qu’ils ne l’aient pas. Le film étant connu, souvent le livre est remis en valeur par association.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.