Envie d’une lecture commune ?

DSC_0833A l’approche des vacances d’été et après le vrai plaisir éprouvé à partager la lecture de La Débâcle d’Emile Zola avec ValentyneClaudialucia et Booking, j’aimerais vous proposer quelques titres pour les mois à venir.

Le principe est simple : si un titre vous intéresse dans la liste ci-dessous, vous vous inscrivez en laissant un petit commentaire, lisez le livre et publiez le jour indiqué (le 3ème dimanche de chaque mois), sans oublier de mentionner les articles des autres blogueurs sur le livre. Si vous n’avez pas de blog, vous pouvez également vous joindre à la lecture commune en écrivant vos impressions sur l’ouvrage dans les commentaires figurant sous le billet du livre concerné sur notre blog (mais bien sûr, nous attendons dans ce cas quelques lignes bien étoffées :-)).

Le choix des livres s’est basé sur des titres que nous avions à la maison et que nous souhaitions lire depuis un moment, mais aussi en fonction de deux initiatives de blogueuses que nous souhaitons relayer :

Voici sans plus attendre la liste :

Les enfants Jéromine, d’Ernst Wiechert.

Date du publication du billet : 19 août

Note de l’éditeur : À Sowirog, un village aux frontières orientales de l’Allemagne, entre lac, bois et tourbières, la vie est simple et laborieuse, illuminée par la Bible. Mais, dans ce xxe siècle naissant, c’est vers la guerre, l’esprit de vengeance et la folie du nazisme que s’achemine le monde. Les sept enfants Jéromine auront à le découvrir. L’un d’entre eux, Jons Ehrenreich, futur médecin, épris de savoir et de justice, s’inclinera néanmoins devant la sagesse ancestrale, celle du travail et de l’humilité, face au mystère du destin dans un monde hanté par la mort.
Roman d’éducation dans la grande tradition allemande, cette œuvre, testament spirituel d’Ernst Wiechert, tente de réconcilier l’homme et le monde.

Empreint d’humanisme chrétien, le bouleversant Les Enfants Jéromine est le chef-d’œuvre méconnu de la littérature allemande du xxe siècle, et Ernst Wiechert, le chaînon entre Thomas Mann et Hermann Hesse. Thomas Mahler, Le Point.

Les folles espérances d’Alessandro Mari

Date du publication du billet : 16 septembre

Note de l’éditeur : Années 1830  : l’Italie n’est pas encore une nation. Tandis que les partisans de l’unité luttent du Nord au Sud, quatre personnages sont aux prises avec leur destin et avec l’Histoire  : Colombino l’orphelin, paysan candide, parti à Rome avec son mulet Astolfo demander au pape la bénédiction de son union avec la belle Vittorina  ; Leda, passée malgré elle du couvent à l’espionnage  ; Lisander, cynique au grand cœur, photographe expérimental, courant après la fortune et les beaux yeux d’une prostituée  ; et enfin le jeune Garibaldi, trouvant au Brésil l’inspiration de ses combats futurs pour l’unité italienne, mais aussi l’amour de la voluptueuse Aninha.
Alessandro Mari signe un roman magistral, à l’écriture moderne, puissante et sensuelle, pour lequel il a reçu le prestigieux prix Viareggio.
 
Une fresque ambitieuse qui tient de Dumas et Pynchon.  Fabio Gambaro, Le Monde des livres.

 Le docteur Thorne d’Anthony Trollope

Date du publication du billet : 21 octobre

Note de l’éditeur : Sans dot, de naissance illégitime, la belle et fière Mary ne saurait s’unir à celui qu’elle aime, Frank Gresham, un jeune héritier désargenté. Les Ladies de la famille Gresham manœuvrent en coulisse pour le marier à une femme riche afin de sauver le domaine familial hypothéqué. Seul l’oncle de Mary, le docteur Thorne, connaît le secret de son ascendance et la fortune dont elle pourrait hériter si…

Anthony Trollope (1815-1882) est l’un des romanciers britanniques les plus célèbres et les plus prolifiques de l’époque victorienne. Magistral chroniqueur de son temps, il était admiré pour la finesse de ses satires sociales et le réalisme psychologique de ses personnages, surtout ses héroïnes.

 » Trollope restera l’un des plus sûrs écrivains qui ont aidé le cœur de l’homme à se connaître lui-même.  » Henry James

 Sartoris de William Faulkner

Date du publication du billet : 18 novembre

Note de l’éditeur : Pour pénétrer dans l’univers du vieux Sud qui hante l’œuvre de Faulkner, prix Nobel, la meilleure introduction est sans doute « Sartoris. »
On y trouve le grand thème social de la décadence, après la guerre de Sécession.
Dans une atmosphère lourde de cauchemars, pleine de souvenirs du passé et de mystères jamais élucidés, apparaissent les principaux personnages de la saga faulknérienne et, au premier rang, ces Sartoris, héroïques et fanfarons, dont aucun, de mémoire de vivant, n’est mort de façon naturelle.

 Le sillage de l’oubli de Bruce Machart

Date du publication du billet : 16 décembre

Note de l’éditeur : Texas, 1895. Un propriétaire terrien voit la seule femme qu’il a jamais aimée mourir en mettant au monde leur quatrième fils, Karel. Vaincu par la douleur, l’homme entraîne ses enfants dans une vie austère et brutale. Pour lui, seuls comptent désormais ses chevaux de course, montés par Karel, et les paris qu’il lance contre ses voisins pour gagner toujours plus de terres. Mais l’enjeu est tout autre lorsqu’un propriétaire espagnol lui propose un pari insolite qui engage l’avenir des quatre frères. Karel s’élance alors dans une course décisive, avec pour adversaire une jeune fille qui déjà l’obsède.

« Ce n’est pas une découverte, c’est un choc. Un chef d’oeuvre. » Le Figaro Magazine

J’espère que l’un (ou plusieurs de ces titres) attirera votre attention. Au plaisir d’échanger et de faire de belles découvertes ensemble !

Patrice

7 réflexions sur “Envie d’une lecture commune ?

  1. Ingannmic 1 juillet 2018 / 21:22

    Bonne initiative ! J’ai déjà lu le Machart (qui est très bien) et les autres titres ne me tentent pas, sauf peut-être le Faulkner, pour le 18/11, ça me paraît faisable… allez, je le note sur mes tablettes, cela fait un petit moment que je ne me suis pas plongée dans un titre de ce cher William !

    J'aime

    • Patrice 13 juillet 2018 / 04:40

      Ce serait un plaisir de lire le Faulkner ensemble dans ce cas, merci !

      J'aime

  2. Passage à l'Est! 3 juillet 2018 / 16:45

    Oh, quelle belle sélection et quelle bonne idée! Le Wiechert m’aurait bien tentée, mais aurai-je le temps d’ici le 19 août?

    J'aime

    • Patrice 13 juillet 2018 / 04:39

      Merci pour le commentaire! Si jamais tu es vraiment tentée, on peut décaler la publication au 31 août 🙂

      J'aime

  3. Passage à l'Est! 14 juillet 2018 / 17:14

    C’est gentil, mais je n’ai pas le livre sous la main et j’essaie de suivre une cure d’amaigrissement de ma pile de livres non lus. Je reste ferme!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.