Ferdinand von Schirach – L’affaire Collini

Schirach

En ce mois dédié à la littérature de langue allemande, il nous semblait important de faire la part belle aux écrivains contemporains, et parmi eux, Ferdinand von Schirach occupe une place prépondérante. Après avoir publié un premier recueil de nouvelles à 45 ans, cet avocat de profession s’est rapidement imposé parmi les plumes qui comptent outre-Rhin. Dans L’affaire Collini, un homme d’affaires respecté se fait assassiner sans motif apparent, et le meurtrier, un certain Collini, se mure dans le silence…

Le juge tendit le mandat à Leinen par-dessus la table, deux pages de papier rouge. Il n’était pas encore signé. Les données venaient du rapport de la brigade criminelle. Le juge le lut à haute voix : « Fabrizio Collini a rencontré Jean-Baptiste Meyer dans la suite 400 de l’hôtel Adlon puis l’a tué de quatre balles dans la tête. Il ne s’est pas encore exprimé, mais a été confondu par ses empreintes sur l’arme, les traces de sang sur ses habits et ses chaussures, les résidus de poudre sur ses mains et les témoignages recueillis. »

Quel est donc le mobile de Collini, un italien sans histoire ayant travaillé 34 ans comme mécanicien puis contremaître chez Daimler ? Ce sera la tâche difficile du jeune avocat Caspar Leinen, commis d’office à la défense de l’accusé. Si Leinen voit au début d’un bon oeil cette affaire pour lancer sa jeune carrière, les doutes l’assaillent quand il se rend compte que la victime n’est autre qu’Hans Meyer, un homme qu’il a longtemps fréquenté, car il était le grand-père de Philipp, son meilleur ami d’enfance.

Obstiné, Caspar Leinen va remonter le temps et trouver la raison de l’assassinat de Hans Meyer. Sans vouloir vous dévoiler tout, mentionnons simplement que l’histoire allemande n’est jamais loin. Ce roman a d’ailleurs des points communs avec l’histoire de l’auteur, petit-fils de Baldur von Schirach, responsable des jeunesses hitlériennes de 1931 à 1940 puis Gouverneur d’Autriche, condamné à 20 ans de réclusion durant le procès de Nuremberg.

J’ai bien aimé ce livre, non seulement à cause de sa dimension historique, mais aussi en raison de la personnalité de l’avocat, ainsi que du style épuré qu’emploie son auteur et qui nous tient en haleine sur les moins de 150 pages que contient le récit.

Je vous conseille donc de :

l’acheter chez votre libraire

X l’emprunter dans votre bibliothèque

lire autre chose

L’affaire Collini, de Ferdinand von Schirach, traduit de l’allemand par Pierre Malherbet. Gallimard, 2014. 155 pages.

Désormais disponible en poche chez Folio, 2015. 192 pages.

DSC_0757

 

Ce livre a été lu dans le cadre des Feuilles allemandes, consacrées à la littérature de langue allemande. Pour y participer, rien de plus simple.

  1. lisez un livre d’un(e) auteur(e) de la langue allemande (Allemagne, Autriche, Suisse…) tous genres confondus
  2. partagez votre lecture sur votre blogue au cours du mois de novembre et jusqu’au 8 décembre et communiquez-moi s’il vous plaît le lien vers votre billet pour que je puisse l’intégrer dans notre bilan à la fin
  3. revenez ensuite au point 1.

7 réflexions sur “Ferdinand von Schirach – L’affaire Collini

  1. Goran 14 novembre 2019 / 13:46

    Merci pour cette présentation, d’autant plus que je connais très mal la littérature contemporaine allemande…

    J'aime

    • Patrice 21 novembre 2019 / 20:17

      Elle est très riche, le seul problème, c’est qu’un grand nombre de titres n’est pas traduit en français.

      Aimé par 1 personne

  2. cleanthe 14 novembre 2019 / 15:19

    J’ai lu son premier recueil de nouvelles que j’ai beaucoup aimé.

    J'aime

    • Patrice 20 novembre 2019 / 09:31

      Même impression pour moi. Une invitation à continuer la découverte de ses oeuvres

      J'aime

  3. Marilyne 15 novembre 2019 / 08:15

    J’avais noté cet auteur, pour son titre  » Tabou « . J’en suis curieuse ( mais peut-être pas pour ce mois-ci ).

    J'aime

    • Patrice 20 novembre 2019 / 09:25

      Je viens de lire la 4ème de couverture de Tabou, c’est une belle suggestion aussi 🙂

      J'aime

  4. dasolla 28 avril 2020 / 14:34

    Bonjour Patrice, j’ai aimé ce roman qui illustre les failles du système judiciaire allemand. Un écrivain que j’ai découvert avec Crimes et Tabou. Bonne après-midi.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.