Arnaldur Indridason – Les fils de la poussière

Récemment, j’ai eu envie de découvrir un auteur islandais très connu : Arnaldur Indridason et sa série du commissaire Erlendur qui compte à ce jour 14 enquêtes. J’ai bien parcouru les avis sur internet et je me suis vite rendu compte que les deux premiers tomes ne sont pas très bien notés par les lecteurs. Comme j’aime quand même bien lire les séries dans leur ordre chronologique, je me suis obstinée à commencer par le premier, Les fils de la poussière, malgré les avertissements. Faute grave ou main heureuse ?

Erlendur Sveinsson est commissaire de police à Reykjavik. Divorcé, il n’a que peu de contacts avec ses deux enfants qui de plus mènent une vie peu glorieuse. Il travaille au côté de Sigurdur Oli, qui est en réel contraste avec lui – « le bon garçon », toujours prêt et soigné. Dans ce premier tome, on apprend quelques bribes sur leurs vies, mais l’essentiel de l’histoire se concentre sur l’enquête.

Palmi est venu rendre visite à son frère Daniel, interné dans un hôpital psychiatrique. Hors de lui, Daniel se suicide en se jetant par la fenêtre. Au même moment, Erlendur est appelé pour enquêter sur un incendie – dans les décombres, on retrouve une victime, identifiée plus tard comme Halldor Svavarsson, enseignant à la retraite.

Les personnages d’Erlendur et de Sirgurdur Oli représentent le point fort du livre et j’imagine bien que les lecteurs s’attachent à eux progressivement. Moi même, j’ai envie d’en découvrir plus sur eux et de suivre leur destin.

Que dire sur l’intrigue… malheureusement, je l’ai trouvée en partie très prévisible. Mais ça je pourrais encore digérer, je souhaitais quand même suivre le sympathique Palmi. Mais la fin m’a asséné un tel coup… elle est décevante, pas crédible et irrationnelle… Un grand moment de honte et de solitude en refermant de livre.

acheter chez votre libraire

emprunter dans votre bibliothèque

x lisez autre chose, s’il vous plaît

Les fils de la poussière, d’Arnaldur Indridason. Traduit de l’islandais par Eric Boury. Points, 2019, 360 p.

10 réflexions sur “Arnaldur Indridason – Les fils de la poussière

  1. Bookmaniac 13 avril 2021 / 10:15

    J’ai un peu mis en pause Indridason ….
    Mais il me semble que le début de carrière d’Erlendur est dans « LES NUITS DE REYKJAVIK ». Enfin je suppose car l’ordre des parutions ne suit pas la chronologie du commissaire, mais c’est un des aspect qui m’a fait apprécier la série (puzzle à remettre en ordre) 🙂

    J'aime

  2. Goran 13 avril 2021 / 10:56

    Je vais lire autre chose alors, c’est si gentiment demandé…

    J'aime

  3. keisha41 13 avril 2021 / 11:51

    J’ai démarré avec La femme en vert, c’était bien.

    J'aime

  4. Eve-Yeshé 13 avril 2021 / 14:09

    j’ai beaucoup aimé le T2 « La dame en vert » alors j’ai enchaîné illico avec « La cité des jarres » et je les ai presque tous lus…
    J’ai un faible pour Erlendur… Et on apprend toujours des choses sur l’Histoire de l’Islande dans chacun des livres…
    Bien sûr Il n’y a pas des litres d’hémoglobine et le rythme est lent mais c’est ce qui fait son charme…
    je n’ai pas encore lu celui-ci j’ai fait une pause Erlendur pour découvrir Konrad 🙂

    J'aime

  5. Miriam Panigel 14 avril 2021 / 06:31

    J ai aimé La Femme en vert (mon préféré) et n ai pas été déçue par la suite mais je ne connais pas celui-ci. Je m abstiendrai donc.

    J'aime

  6. Agnès 14 avril 2021 / 10:04

    Je croyais avoir lu toute la série et je ne connaissais pas celui ci. Il semble qu’il soit paru en français après les autres.

    J'aime

  7. laboucheaoreille 14 avril 2021 / 13:03

    Dommage… ce genre de grosses déceptions permet de davantage apprécier les bonnes lectures qui suivent.

    J'aime

  8. luocine 14 avril 2021 / 21:20

    un auteur qui a beaucoup de succès sur la blogosphère

    J'aime

  9. dominiqueivredelivres 15 avril 2021 / 10:24

    comme tous les romanciers qui produisent beaucoup Indridason n’échappe pas aux travers de romans un rien bâclés
    mais avec lui j’ai un long compagnonnage et j’avoue que j’ai un faible pour Erlendur et pour l’Islande bien sûr

    J'aime

  10. dasola 17 avril 2021 / 17:16

    Bonjour, je confirme que Les fils de la poussière est très décevant (pour ne pas dire plus). C’est sûr que commencer par ce roman ci, ce n’est pas terrible. Il faut lire tous les autres. Bonne soirée.

    J'aime

Répondre à Miriam Panigel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.