Matthieu Falcone – Campagne

La ruralité et le monde paysan sont des thèmes que l’on croise assez souvent dans l’actualité littéraire récente. Mohican, d’Eric Fottorino, Pleine terre, de Corinne Royer ou encore Rabalaïre, d’Alain Guiraudie font partie des sorties les plus marquantes de l’automne 2021. Je portai mon choix vers Campagne, de Matthieu Falcone, un livre qui a pour ambition de dépeindre la difficile cohabitation entre les habitants de la campagne et les nouveaux venus issus de la ville.

Vendredi soir au bar du village. Pendant que certains épanchent leur soif, la principale animation de la soirée consiste en une soirée consacrée à la poésie. De l’ancien bar « resté dans son jus », le nouveau propriétaire, François, a fait un « bar lounge, comme ils disent, avec canapés en moquette, grand comptoir illuminé par des leds roses, alignements de lampes ultra-design et tutti quanti ». Symbole de la transformation d’un village rural que l’on devine dans la moitié sud du pays qui accueille une population nouvelle, issue des villes.

Le narrateur, Robert, est un ancien paysan ayant vendu ses terres. Son épouse est décédée, ses deux enfants ont quitté le village ; il vend quelques légumes au noir, fait des ballades dans la nature environnante et est désormais élu au conseil municipal. Dans un langage assez argotique, il nous fait part des transformations qui touchent le village :

Pourtant, tout le monde le connaît dans la région, c’est qu’il a ce trait particulier d’abriter une forte population qui nous est en majorité venue des villes, des villes allentour, des villes plus lointaines. Qui, comme on dit, est passée avec armes et bagages. Est parfois venue les mains vides, mais la tête pleine d’idées, qui font rire les anciens ici – qui parfois les énervent. C’est qu’ils ont des considérations, les anciens citadins.

C’est autour d’une « grande fête des solidarités pour la planète et contre toutes les phobies et la discrimination » que semblent se cristalliser les tensions. J’utilise à dessein le verbe « sembler » car j’ai refermé ce livre à la page 150 et n’ai donc pas pu y assister. Je mets à l’actif de ce livre la véritable acuité du regard porté sur les citadins et les gens du cru, ou encore sur les campagnes en transformation ; d’un certain côté, il faisait écho à une autre lecture que je viens de terminer, La France sous nos yeux, un essai passionnant sur lequel je reviendrai sur ce blog. Ceci étant, cela ne suffit pas à en faire un bon livre : je n’ai guère senti de progression dans ce livre (je me demandais parfois où voulait en venir l’auteur), ni d’attachement particulier aux personnages, sans parler des longueurs.

Par conséquent, je vous conseille :

d’acheter ce livre chez votre libraire

d’emprunter ce livre dans votre bibliothèque

X de lire autre chose

Campagne, de Matthieu Falcone. Albin Michel, 2021, 300 pages

15 réflexions sur “Matthieu Falcone – Campagne

  1. Livr'escapades 26 avril 2022 / 09:21

    Oh, dommage… J’ai pour ma part beaucoup aimé le ton et le regard de l’auteur sur les campagnes et ses transformations. J’attends ton avis sur l’essai 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 1 mai 2022 / 13:21

      Je viens de lire ton billet, je comprends ton commentaire. Sur le thème de la ruralité, j’ai préféré de beaucoup le livre « Nature humaine » de Serge Joncour. Il me reste à écrire le billet sur l’essai, il y a tant à dire que je me demande bien comment le rédiger !

      J’aime

  2. keisha41 26 avril 2022 / 11:35

    Pareil, je suis le conseil, j’ai eu le livre en mains mais ça ne me disait rien, en dépit du thème attractif. La vie est difficile. ^_^

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 1 mai 2022 / 13:23

      J’aime tout ce qui touche à la ruralité, mais là, je dois dire que je n’ai pas accroché.

      J’aime

  3. Ingannmic 26 avril 2022 / 12:41

    Dommage, le thème est alléchant. Mais visiblement, cela ne suffit pas…

    J’aime

    • Patrice 1 mai 2022 / 13:23

      Non, et il y d’autres livres plus intéressants sur ce thème, récemment sortis également.

      J’aime

    • Patrice 1 mai 2022 / 13:23

      Je me réjouis de le lire, il est encore dans nos étagères mais je pense aussi qu’il pourrait me plaire.

      Aimé par 1 personne

  4. Violette 30 avril 2022 / 15:20

    à la fois attirée par ce thème du retour aux sources, je me méfie aussi de ces romans de terroir, moi qui suis une rurale justement…

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 1 mai 2022 / 13:25

      Je partage ton avis. Cet auteur décrit avec acuité cette confrontation de mentalités, mais ça ne va pas au-delà.

      J’aime

  5. luocine 15 mai 2022 / 11:32

    le thème me semblait prometteur mais si même toi tu t’es arrêté à la page 150 je sais que je m’y ennuierai ferme alors je passe.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.