Schalom Asch – Varsovie

Asch_2Varsovie est le second tome de la trilogie écrite par Schalom Asch, qui retrace les années charnière autour de la Révolution russe. Si le premier tome, Pétersbourg, déjà très réussi, mettait en scène les interrogations de Zakhari Mirkin dans son milieu familial, on retrouve le jeune homme dans la ville de Varsovie, alors qu’il vient de rompre avec sa famille, pour aller au contact des « masses juives ». Une suite passionnante !

Il suffit de quelques pages pour se retrouver plongé à nouveau avec un grand plaisir dans l’univers de Schalom Asch. Son écriture fluide et ses personnages attachants sont autant d’incitations à la lecture.

Alors qu’il était encore à St Pétersbourg, Zakhari Mirkin avait rencontré une certaine Mme Hurwitz, résidant à Varsovie, qui l’avait incité à se rendre chez elle. On fait ainsi connaissance de la famille Hurwitz : le père, Schlomo Hurwitz, qui « ne connaissait qu’une tâche dans la vie : étudier », son épouse Rachel-Léa, au caractère fort, qui se consacre à sa famille et aide les gens qui viennent quémander un logement, un travail. Il y a aussi le monde des artisans juifs de Varsovie dont la description contraste si fort avec le milieu aristocratique dépeint dans le premier tome :

Ici vivent des gens harassés et persécutés, dans la crasse, l’ignorance, la dérision, abandonnés de tous. Ils s’entassent à dix, douze et même quinze par pièce. Des cours comme celle-ci, il y en a des rues entières, des villes entières. Il n’y a pas d’autre peuple juif que celui-là. C’est cela, notre pauvreté et notre richesse. C’est ici qu’il faut commencer. Ce sont ces gens-là qu’il faut aider, c’est pour eux qu’il faut sacrifier sa vie.

Dans ce contexte, le jeune Mirkin arrive dans la famille Hurwitz, y raconte avec enthousiasme le parcours qui fut le sien depuis son départ : son apprentissage du judaïsme, du yiddish. Il prône désormais le sionisme. On voit d’ailleurs se heurter plusieurs visions du monde : la libération des masses grâce à l’éducation d’un côté (la vision du professeur Hurwitz) contre la lutte des masses ouvrières. Même s’il n’adhère à aucun parti, c’est cette dernière voie qui commence à s’imposer à Zakhari.

Ce roman d’apprentissage montre à merveille les tiraillements que vit Zakhari Mirkin. D’une approche centrée sur lui-même au début, il s’ouvre au monde et comprend qu’il faut lutter parmi les gens pour imposer ses idées. Il jette son argent, ne supportant pas d’en avoir quand tant de gens autour de lui peinent à manger, il fait la queue avec les miséreux pour une soupe puis décide de partir pour la ville ouvrière de Lodz pour y être davantage en contact avec le monde ouvrier. Même si aucun repère historique n’est présent pour jalonner le récit, le livre se termine par l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand. C’est une période très tendue où les conditions qui conduiront à la Révolution russe sont déjà là : la misère, le caractère répressif du régime tsarisme, et la montée des mouvements ouvriers, durement réprimés à la fin de ce second tome.

Avant de terminer cette chronique, permettez-moi de vous offrir un extrait qui m’a beaucoup plu, résultant des interrogations de Zakhari, et qui peut s’appliquer à beaucoup d’entre nous :

Qui pouvait prétendre qu’il existait de grandes et de petites tâches ? Il n’y avait rien de « grand » ni de « petit » dans notre action. Il n’y avait que des travaux et leur exécution. Chacun devait se tenir à sa place et exécuter ce qui lui était prescrit. Les effets convergeaient vers un seul résultat, la progression de tous, étape par étape, vers les plus hauts sommets. (…) Mirkin se disait : « Je ne suis pas un héros et je n’aspire pas à en devenir un. Je veux être un simple bâtisseur, un porteur de briques, un manœuvre, un dévideur de fil. L’essentiel est de tisser, d’être fidèle derrière le métier. Car, en somme, nous tissons tous le même vêtement.

En conclusion, vivement le 3ème tome, Moscou, qui se déroule durant la Révolution russe ! D’ici là, n’hésitez pas à :

x l’acheter chez votre libraire

X l’emprunter dans votre bibliothèque

lire autre chose

Varsovie, de Schalom Asch, traduit du yiddish par Aby Wieviorka et Henry Raczymov. Préface de Henri Raczymov. Archipoche, 2020. 432 pages.

Ce livre a été lu dans le cadre du Mois de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran.

13 réflexions sur “Schalom Asch – Varsovie

    • Patrice 19 mars 2020 / 20:27

      Je me réjouis donc de lire tes billets en 2021 :-). Restons bien au chaud à la maison et tout ira bien !

      Aimé par 1 personne

  1. Passage à l'Est! 19 mars 2020 / 18:19

    J’ai sur mes étagères La famille Machber, de Der Nister, qui est aussi une sorte de saga familiale juive dans l’empire tsariste. Malheureusement, la traduction française est assez ancienne (1975) et probablement difficile à trouver, mais peut-être que le livre te plairait. Cette trilogie de Schalom Asch parait en tout cas très intéressante.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 mars 2020 / 20:34

      Merci pour le conseil. Je viens de regarder et de le noter. Ce sera une sacrée mission de le trouver a priori mais sait-on jamais ?

      J'aime

  2. Ingrid 19 mars 2020 / 19:36

    J’avais déjà noté le premier opus suite à ton billet, et celui-là est tout aussi alléchant !

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 19 mars 2020 / 20:35

      Oui, ça se lit tout seul 🙂

      J'aime

  3. lcath 21 mars 2020 / 09:36

    Beaucoup trop d’idées de lectures sur ce blog ! 🙂 Merci

    J'aime

  4. Karine:) 12 avril 2020 / 16:52

    Ah, ça, ça m’intéresse! Mon voyage en Pologne m’a donné envie d’en savoir davantage sur cette période.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 13 avril 2020 / 06:11

      Tant mieux ! Attention, ce livre se concentre avant tout sur les personnages, et un peu moins sur le contexte de la période. Je le conseille néanmoins très vivement !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.