Lajos Grendel – Les cloches d’Einstein

Pour clore notre mois thématique consacré à la littérature d’Europe Centrale et Orientale, je vous propose un ultime voyage en Slovaquie… avec Les cloches d’Einstein de Lajos Grendel, un auteur de langue hongroise ! Doit-il être classé parmi la littérature hongroise ou slovaque ? C’était d’ailleurs le genre de questions que se posait Passage à l’Est dans un de ses billets sur les problèmes de frontières en littérature. Né en 1948 et mort en 2018, il était un des écrivains slovaques les plus réputés et je me réjouis de le découvrir aujourd’hui.

Les cloches d’Einstein met en scène Ferkó Mészáros, qui est le narrateur de l’histoire. Il a 39 ans quand s’ouvre le récit qui démarre au moment des Révolutions de 1989 mettant fin aux régimes communistes (ici en Tchécoslovaquie). Rapidement, l’actualité cède le pas à l’histoire personnelle ; il nous parle de sa jeunesse à l’école et d’une rencontre avec le camarade Président, avant d’évoquer son mariage avec Zsófi, fille d’un communiste en vue.

L’un des marqueurs de ce livre est l’humour, voici comment il nous décrit sa relation avec son épouse :

Le mariage est une affaire privée qui concerne deux personnes, un homme et une femme – voilà un fait notoire. Mais mon mariage avec Zsófi ne correspondait pas aux normes : sans que je sois devenu bigame, nous vivions à trois. Le parti nous accompagnait partout comme notre ombre, il s’insinuait même dans notre lit. Lorsque, une nuit, je rechignais corps et âme à répéter la position du missionnaire et que j’encourageais ma moitié à faire preuve d’un peu de fantaisie, Zsófi, indigné, a refusé catégoriquement. Son argumentation m’a étonné, c’est le moins que l’on puisse dire.

– Le parti ne l’approuverait pas. Le parti nous met en garde contre les perversions.

Pistonné par son beau-père, le narrateur se fait engager à l’IRA : Institut de Recherche de l’anabase de l’Académie des sciences slovaque et du Comité central du parti communiste slovaque (et oui, ça ne s’invente pas !). Maquillé sous forme d’un atelier de couture, avec des missions restant assez floues, et où personne ne se fait appeler par son propre nom, mais sous un pseudonyme choisi !

Cela peut sembler paradoxal : nous n’avions pas la moindre idée de la véritable finalité de l’Institut et, à cause de nos rapports hiérarchiques verticaux, aucun employé ne savait quel était le véritable travail de son supérieur immédiat (…).

Nous suivons ainsi la vie du narrateur dans cet univers souvent absurde, la révolution, les retournements de position des uns et des autres. Je dois avouer que j’ai été littéralement embarqué par le début du roman, l’écriture, l’humour… Un engouement qui a fléchi au fil du livre pour me laisser au final un sentiment assez mitigé ; je ne savais pas vraiment où voulait nous emmener l’auteur. Il en reste une vraie découverte, un style unique pour dénoncer le communisme, et déjà un sentiment désabusé sur l’apport de la Révolution :

_ Mais dorénavant nous vivons en démocratie !

(…) _ La démocratie aussi a beaucoup d’ennemis, a-t-il dit, imperturbable. Dans l’avenir, on aura besoin de micros pour la défendre

Je vous conseille au final :

d’acheter ce livre chez votre libraire

X d’emprunter ce livre dans votre bibliothèque

Lisez autre chose

Les cloches d’Einstein, de Lajos Grendel, traduit du hongrois par Véronique Charaire. La Baconnière, collection Ibolya Virág, 2018, 220 pages.

Ce livre a été lu dans le cadre du Mois de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran.

17 réflexions sur “Lajos Grendel – Les cloches d’Einstein

  1. keisha41 31 mars 2022 / 12:01

    Je me dois d’engranger pour l’année prochaine (ou avant)..;

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 31 mars 2022 / 19:51

      Bonne idée et tu peux aussi Pavel Vilikovsky qui est un autre grand nom de la littérature slovaque.

      J’aime

    • Patrice 31 mars 2022 / 19:53

      C’est si beau d’avoir de beaux projets de lecture, non ? 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Madame lit 31 mars 2022 / 16:51

    Merci pour la présentation. Et as-tu découvert quelles sont les cloches d’Einstein? Le titre m’intriguait…

    Aimé par 1 personne

  3. Libriosaure 7 avril 2022 / 06:57

    J’ai déjà dû le dire mais j’aime beaucoup que tes articles se concluent par un « à acheter » ou « à emprunter ».
    Effectivement, avec ce genre de livre qui ne garde pas la même consistance/le même attrait tout le long, c’est difficile de ne pas être mitigé. À voir donc !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.