Corinne Royer – Pleine terre

En 2017, un agriculteur syndicaliste de Saône-et-Loire, en cavale depuis 9 jours pour échapper à un contrôle administratif sur son exploitation, est abattu par un gendarme après avoir forcé un barrage de police. C’est à partir de ce fait divers que Corinne Royer bâtit son roman, Pleine terre, sorti en 2021, et salué aussi bien par la critique que par de nombreux lecteurs.

C’est le second livre que je lis de Corinne Royer, le premier avait été Et leurs baisers au loin les suivent, un livre dont j’avais qualifié l’écriture de « riche, complexe, parfois difficile à saisir » et qui m’avait laissé un bon souvenir et le sentiment d’avoir fait une vraie découverte. On retrouve cette prose très travaillée dans Pleine terre, mais je dirais qu’elle s’est allégée au bon sens du terme. Dès les premières pages, les nombreuses descriptions expressives font que le lecteur se sent au plus près des éléments :

Là-bas, au domaine, c’était pourtant le foisonnement éclatant du printemps. Semaine après semaine, le vert des prairies s’était intensifié, le troupeau s’étoffait des dernières mises bas, les veaux tout juste extraits des ventres batifolaient sur leurs pattes encore frêles, titubant de maladresse et de l’orgie des têtées.

Chaque chapitre correspond à un jour de cavale de l’agriculteur, Jacques Bonhomme, recherché par les gendarmes. Un narrateur extérieur nous immisce dans les pensées de celui qui est surnommé « le colosse », un paysan en rupture avec le modèle agricole moderne ; la seconde moitié du chapitre donnant la parole à l’un des voisins de l’agriculteur, ce qui nous permet de mieux comprendre les raisons qui ont déclenché cette cavale. J’ai trouvé cette construction habile et intéressante.

Il est important à ce stade de dire quelques mots sur les raisons : Jacques Bonhomme a fait preuve de négligence dans la déclaration de naissance de ses bovins, ce qui a conduit à des contrôles sur l’exploitation, et chose assez incroyable, à la demande de fournir des tests génétiques sur les animaux afin de prouver la « filiation ». Cela a provoqué une spirale entre d’un côté l’administration et de l’autre côté l’agriculteur.

Bien évidemment, on ne peut rester indifférent à cette histoire qui semble assez incroyable mais je dois avouer que j’ai dû arrêter ma lecture un peu après la moitié du livre, la raison principale étant été le manque d’empathie vis-à-vis du personnage principal. A mon sens, cela est dû au style. Même si j’ai trouvé l’écriture de Corinne Royer beaucoup plus fluide que dans le précédent ouvrage que je lisais, je pense que le thème aurait mérité un traitement plus simple, plus brut, plus concis.

En tant que fils d’agriculteur, et de surcroît toujours en lien avec ce milieu, je me méfie des simplifications, comme celles de l’agriculture paysanne contre l’agriculture productiviste. Loin de moi l’idée de valider tous les changements ayant affecté l’agriculture ces 60 dernières années mais reconnaissons tout de même qu’ils ont permis à une population toujours plus nombreuse de subvenir à ses besoins et d’allonger de façon significative son espérance de vie. L’agriculture de demain devra être différente (de même que l’alimentation), mais j’aurais aimé un peu plus de nuance dans le propos. La fameuse « traçabilité » dont il est question dans le livre a été une voie privilégiée pour les éleveurs afin de retrouver la confiance des consommateurs après la crise de la vache folle.

Parmi les livres traitant la ruralité que j’ai pu lire ces derniers temps, je trouve que le roman de Serge Joncour, Nature humaine, reste celui que je conseillerais avant tout.

Je vous conseille donc :

d’acheter ce livre chez votre libraire 

X d’emprunter ce livre dans votre bibliothèque pour vous faire votre propre idée

X ou de lire autre chose

Pleine terre, de Corinne Royer. Actes Sud, 2021, 335 pages.

15 réflexions sur “Corinne Royer – Pleine terre

  1. keisha41 19 juin 2022 / 15:40

    D’accord, je peux éviter cette lecture, dommage car le thème est intéressant, mais voilà que j’en ressors avec l’envie de lire Joncour!

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 24 juin 2022 / 14:05

      C’est une très saine envie, je ne peux que te conseiller de la suivre 🙂

      J’aime

  2. luocine 19 juin 2022 / 17:08

    je me méfie beaucoup des raccourcis faciles sur le monde aysan alors je vais certainement laisser ce livre là où il est.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 24 juin 2022 / 14:05

      Je suis comme toi – et j’ai vu que tu as eu ces derniers temps quelques lectures « 5 coquillages », je ne voudrais pas interrompre cette série !

      J’aime

  3. Madame lit 19 juin 2022 / 17:25

    Il y a quand même eu un mort… C’est incroyable et c’est cet élément qu’il aurait fallu mettre en évidence dans ce livre.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 24 juin 2022 / 14:06

      Elle le met en exergue, du moins elle montre le cheminement qui a mené à cette fuite. Je n’ai pas lu le livre jusqu’au bout, je ne sais donc pas comment il traite cela.

      Aimé par 1 personne

  4. laboucheaoreille 19 juin 2022 / 19:08

    Je ne crois pas avoir déjà lu un roman situé dans le milieu agricole mais je retiens qu’il vaut mieux éviter celui ci. Quant à Serge Joncour je ne l’aime pas trop et je préfère aussi l’éviter. Bonne soirée !

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 24 juin 2022 / 14:11

      C’est juste. Merci pour ton commentaire.

      J’aime

  5. kathel 20 juin 2022 / 10:54

    Je l’ai commencé et pas accroché du tout à l’écriture, par contre, j’abonde dans ton sens pour Nature humaine, du très bon Joncour !

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 24 juin 2022 / 14:12

      Il faut vraiment de la concentration en raison du style, c’était encore plus vrai dans ma précédente lecture de l’auteur. Heureux de voir que ce Joncour a été apprécié 🙂

      J’aime

    • Patrice 24 juin 2022 / 14:12

      Oui, je suis allé lire ton billet et la majorité des lecteurs vont dans ton sens !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.