Arthur Schnitzler – Gloire tardive

Schnitzler

Rédigé en 1894, Gloire tardive faisait partie des archives de l’écrivain et médecin autrichien Arthur Schnitzler (1862-1931), et ne fut publié que très récemment. Il y est question d’un vieux fonctionnaire qui, un jour, est dérangé par un jeune homme venant lui faire part de son admiration pour un recueil de poèmes qu’il écrivit dans sa jeunesse… La gloire, un temps si espérée, serait-elle enfin au rendez-vous ?

Il y a plus de trente ans qu’Edouard Saxberger a écrit son unique ouvrage, Promenades. Il a d’ailleurs lui-même oublié le livre et toute cette époque où il souhaitait, à l’instar de ses compagnons d’alors, devenir célèbre grâce à l’écriture. Il savoure désormais le calme de sa maison, la position que lui confère son travail, et les soirées passées dans les cafés viennois.

Quand le jeune Wolfgang Meier lui rend visite pour lui faire part de l’admiration qu’ont provoqué les Promenades au cœur de leur groupe littéraire « La jeune Vienne », Saxberger est étonné, mais se prend assez rapidement au jeu de cette notoriété acquise sur le tard. Il en vient même à encourager le Meier, jeune poète en mal de reconnaissance, alors que les premiers écrits de ce derniers ennuient le vieil homme.

C’était donc là – c’était la les Promenades qui lui avaient valu hier les marques de la gratitude de la « Jeune Vienne ». Les méritait-il ? Il n’aurait su le dire. Toute la pauvre vie qu’il avait menée défila devant lui. Jamais encore il n’avait éprouvé à ce point le sentiment d’être un vieil homme, quelqu’un pour qui non seulement les espérances mais aussi les déceptions relevaient d’un passé lointain. Une profonde tristesse l’envahit. Il reposa le livre, il ne pouvait pas continuer à lire. Il sentait qu’il n’avait fait que s’oublier lui-même depuis fort longtemps.

« Non, il n’est pas trop tard », s’écrit Saxberger, qui côtoie le groupe des jeunes écrivains qui prévoient d’organiser une soirée littéraire à Vienne pour véritablement lancer leur carrière. Le vieux fonctionnaire devient « le poète émérite Saxberger », on lui fait comprendre que lui aussi a été victime de « l’ingratitude de la foule ». Mais qui est ce cercle littéraire Exaltation et qui sont ses membres :

C’est un cercle de jeunes écrivains qui se tiennent à l’écart des sentiers battus. Si je vous disais leurs noms, vous ne seriez pas plus avancés. (…) Plusieurs jeunes gens avaient soumis à Saxberger des écrits de leur main. En fait, ils n’avaient pas eu grand chose à lui montrer ; mais ils étaient tous attelés à un grand travail qui ne serait achevé que dans quelques mois.

Vous le percevez, l’ironie pointe sous la plume d’Arthur Schnitzler. Elle prend aussi la forme humoristique, quand le cercle littéraire nargue d’autres artistes assis aux tables voisines :

_ Mais pourquoi les appelez-vous les Sans-talent ? insista Saxberger.

_ D’une manière générale, intervint Meier à sa manière placide, nous nommons Sans-talent ceux qui sont assis à une autre table que la nôtre.

Quoi qu’il en soit, Saxberger se prend au jeu. Traité comme un poète, il est sensible à l’image que lui renvoient les jeunes gens… mais pressé d’écrire de nouveaux vers, il se rend bien compte qu’à l’image des lieux qui lui donnèrent jadis l’inspiration, les années sont passées par là…

J’ai beaucoup aimé ce livre ! On est embarqué dans cette histoire en se demandant bien comment elle va se terminer. Elle offre un regard acéré sur la nature humaine, mais aussi sur le microcosme littéraire, qui ne ressort pas grandi de la fin de l’histoire. Mais ça, je vous le laisse découvrir !

Je vous conseille donc :

X d’acheter ce livre chez votre libraire

ou de l’emprunter dans votre bibliothèque

de lire autre chose

Gloire tardive, d’Arthur Schnitzler. Le livre de poche, 2017, 192 pages.

Ce livre a été lu dans le cadre des Feuilles allemandes, consacrées à la littérature de langue allemande ; il s’agit également d’une lecture commune faite avec Agnès de Mon biblioblog, et Marilyne de Lire et Merveilles.

21 réflexions sur “Arthur Schnitzler – Gloire tardive

  1. Agnès 8 novembre 2020 / 10:08

    J’ai apprécié cette série de lectures communes qui m’ont permis de découvrir des auteurs que je ne connaissais pas. je me permets de te signaler que le lien vers mon blog en fin d’article est erroné.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 8 novembre 2020 / 10:14

      Plaisir partagé :-). Et désolé pour le lien, un copié-collé malheureux, je viens de faire le changement à l’instant

      J'aime

  2. Goran 8 novembre 2020 / 10:21

    Le quart d’heure de célébrité je n’y ai jamais cru, mais le livre dont tu parles, je suis quasiment certain qu’il me plairait bien…

    Aimé par 1 personne

  3. Livr'escapades 8 novembre 2020 / 12:55

    Je n’ai malheureusement pas réussi à me joindre à cette lecture commune mais je compte bien le lire encore ce mois-ci!

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 12 novembre 2020 / 10:02

      Pas de soucis ! Dans tous les cas, un très bon moment de lecture t’attend 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. laboucheaoreille 8 novembre 2020 / 16:10

    Le thème de ce livre me plait énormément, le milieu littéraire, la poésie et le ton désabusé, je crois que je vais lire ce roman !

    Aimé par 1 personne

      • laboucheaoreille 13 novembre 2020 / 11:40

        Je n’ai pas hésité : je l’ai commandé 🙂 Ce sera l’une de mes prochaines lectures !

        Aimé par 1 personne

      • Patrice 14 novembre 2020 / 19:46

        Je serais heureux de lire ton avis !

        Aimé par 1 personne

  5. dominiqueivredelivres 8 novembre 2020 / 16:56

    tout pour plaire ce livre : l’auteur d’abord, le thème, je l’ai coché parmi les livres de rentrée mais je ne l’ai pas encore lu, tu me titilles bien là et mon intérêt est en très de monter d’un cran

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 12 novembre 2020 / 10:12

      Je suis heureux de voir autant d’intérêt pour ce livre qui le mérite bien.

      J'aime

  6. Passage à l'Est! 8 novembre 2020 / 17:08

    Jolie photo! Quel est le titre en allemand? Je me demande s’il est dans le recueil que j’ai depuis longtemps et que je n’ai toujours pas lu.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 12 novembre 2020 / 10:14

      Merci pour la photo :-). Concernant le titre, c’est le même, « Später Ruhm »

      J'aime

  7. Tania 8 novembre 2020 / 19:20

    Je ne connaissais pas ce titre, je le note pour renouer avec cet écrivain plus lu depuis trop longtemps. Merci.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 12 novembre 2020 / 10:14

      Avec plaisir !

      J'aime

  8. luocine 9 novembre 2020 / 09:02

    J’aime beaucoup ce que tu dis de ce livre et découvrir des titres qui sortent de l’actualité. Merci.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 12 novembre 2020 / 10:15

      Merci à toi pour ce commentaire !

      J'aime

  9. Marilyne 9 novembre 2020 / 13:56

    Je me retrouve dans ce billet, prise à la lecture. J’ai également beaucoup apprécié la perspicacité du récit.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 12 novembre 2020 / 10:20

      J’ai « loupé » ton billet, désolé. Je viens de le lire et je suis tout à fait d’accord avec toi sur la finesse de l’écriture, c’est un vrai plaisir de lecture. Partagé de plus.

      J'aime

  10. Lilly 22 novembre 2020 / 16:10

    J’ai adoré « Mademoiselle Else », puis j’ai abandonné un autre de ses livres et donc l’auteur. Ce texte semble en revanche avoir beaucoup d’atouts pour me plaire.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.