A la découverte de la littérature tchèque

Celles et ceux qui fréquentent régulièrement ce blog connaissent l’attachement que nous portons à la littérature tchèque. Aussi, lorsque le Centre Tchèque de Paris et le Centre littéraire tchèque décident de publier un catalogue des livres tchèques traduits en français et disponibles en librairie, nous ne pouvons que saluer cette très heureuse initiative. A partir de ce catalogue, nous avons sélectionné quelques titres à découvrir…

Saluons tout d’abord la clarté de ce document et de sa mise en page. Il est scindé en plusieurs parties : les romans, la poésie, le théâtre, la jeunesse et la bande dessinée. Les essais sont absents de cette première édition, mais les auteurs n’excluent pas de les intégrer dans une prochaine version.

La majorité des auteurs, classés par ordre alphabétique, est la plupart du temps brièvement présentée, ainsi que leurs ouvrages. Les maisons d’édition et les noms des traductrices/traducteurs ne sont bien sûr pas omis.

De façon très arbitraire, voici les titres de romans que nous avons retenus à la lecture de ce document. Nous recopions à côté de chaque titre une courte description issue du catalogue (souvent la quatrième de couverture) ou encore un commentaire issu de notre blog ou des blogs que nous fréquentons, si le livre a déjà été chroniqué. Faisons le souhait que ce document devienne rapidement caduque en raison de nombreuses nouvelles traductions disponibles !

Nous espérons que cette liste vous donne l’envie de découvrir certains de ces titres, notamment à l’occasion du « Mois de l’Europe de l’Est » qui débute dans un peu plus d’un mois !

logo-epg

DES CLASSIQUES !

La guerre des salamandres, de Karel Čapek. « C’est brillant, intelligent, divertissant et une vraie réussite. » (Allylit), « Karel Capek manie l’humour avec brio, et épingle tour à tour toutes les nations, (…) et ceci pour notre plus grand plaisir ! » (Ma librairie)

La maladie blanche, de Karel Capek. « C’est génial, grandiose. Toute la bêtise, l’égoïsme, la lâcheté, le profit etc. (mais aussi l’amour des autres) dans ce petit livre. J’ai trouvé cela magistral. » (De Bloomsbury en passant par Court Green).

Les aventures du brave soldat Švejk pendant la grande guerre, de Jaroslav Hašek. « Chef d’oeuvre de la littérature tchèque paru en 1921. Satire de l’autorité et de la bêtise universelle ».

Une trop bruyante solitude, de Bohumil Hrabal. « C’est un livre d’une richesse incroyable, qui pourrait donner lieux à de longues exégèses » (Temps de lecture)

L’immortalité, de Milan Kundera. « Réflexion sur le monde moderne, la solitude, l’unicité de l’être humain, le travail de l’écrivain »

L’ignorance, de Milan Kundera. « Un roman court, à la structure complexe, et aux significations très riches, où l’on retrouve le style très direct et sans fioritures de Kundera. » (La bouche à oreilles)

La plaisanterie, de Milan Kundera. « Les thèmes abordés sont universels. L’enthousiasme de la jeunesse, l’ambition personnelle, le don de soi, la transmission côtoient des thèmes comme l’impossibilité de l’amour, la vengeance, l’oubli, l’absurdité de la vie… » (Et si on bouquinait ?)

DES LIVRES UN PEU MOINS CONNUS EN FRANCE MAIS A DECOUVRIR LE PLUS VITE POSSIBLE !

Le requiem de Terezin, de Josef Bor. « Épuré de toute digression, de tout pathos, « Le requiem de Terezin » fait se côtoyer la cruauté et la grâce, l’héroïsme et la poésie. » (Book’Ing)

Trains étroitement surveillés, de Bohumil Hrabal. « La vie dans une petite gare de Bohême pendant la guerre ». Le film, adapté par Jiri Menzel, obtint l’Oscar du meilleur film étranger en 1968.

Babitchka, de Božena Němcová. « Premier grand roman de la littérature tchèque, « chaleureux comme la parole maternelle » (Jaroslav Seifert), Babitchka fait l’objet d’un véritable culte dans son pays. »

Comment j’ai rencontré les poissons, d’Ota Pavel. « Il nous livre des portraits touchants de la nature humaine, dans sa grandeur comme dans sa petitesse. C’est une exortation à la vie faite par un homme qui souffre, comme le rappelle l’épilogue dans lequel il évoque sa maladie. » (Et si on bouquinait ?)

Le passage, de Karel Pecka. « Interrogeant nos capacités d’émancipation face aux dépendance et aux contraintes sociales, Karel Pecka propose une fiction énigmatique et universelle, à la manière de Kafka ou Hrabal. »

La nuage et la valse, de Ferdinand Peroutka. « C’est la grande histoire arrachée au plus profond de la vie telle qu’elle fut, telle qu’elle est, cristallisée là dans le microcosme des camps »

Nous étions cinq, de Karel Poláček. « La plus emblématique des oeuvres de l’écrivain tchèque Karel Poláček, ami proche et collègue de Karel Capek dont il partage la notoriété dans son pays »

Miracle en Bohême, de Josef Škvorecký. « Un roman qui opère par collages de récits dans le temps, laissant une place prépondérante à l’année 1968 (…) riche par son témoignage historique mais aussi par la qualité de l’écriture » (Et si on bouquinait ?)

L’atelier du diable, de Jachym Topol. « Les noces abominables de la Mémoire et du Marché, voilà ce que nous dépeint ce passionnant roman de Topol »

Hommage aux fous, de Jan Trefulka. « De cet Hommage aux fous, on pourrait tout aussi bien dire que c’est un hommage à la vie, même lorsqu’elle n’est vraiment vécue que sur le tard. » (Passage à l’Est !)

La belle de Joza, de Kveta Legatova. « J’ai adoré ce petit livre qui m’a envoûtée du début à la fin » (Lilly et ses livres),

Mendelssohn est sur le toit, de Jiri Weil. « Un livre à redécouvrir absolument » (Et si on bouquinait ?), « Personnages dérisoires à côté du destin, souvent sympathiques, toujours émouvants » (Carnets de voyages).

LES NOUVEAUX TALENTS

Les montagnes rouges, de Petra Hulova. « Une saga familiale sur trois générations de femmes en Mongolie contemporaine », « primé par le prix Magnesia Litera, équivalent tchèque du Goncourt, dans la catégorie découverte de l’année ». « J’ai été comme ensorcelée par la belle langue employée par l’auteure, très bien rendue par la traduction » (Et si on bouquinait ?)

La fatigue du matériau, de Marek Šindelka. « Un livre fort qui s’inscrit dans l’actualité de son époque en traitant du thème des migrants » (Et si on bouquinait ?)

L’amour au temps du changement climatique, de Josef Panek. « Un texte profond et dérangeant qui interroge les racines de la xénophobie du point de vue d’un citoyen du monde »


Est-ce que ces suggestions de lecture vous incitent à découvrir l’un des titres ? Si oui, lequel ?

Est-ce que vous avez d’autres livres à recommander ?

Bonne lecture !

36 réflexions sur “A la découverte de la littérature tchèque

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:08

      C’est déjà un bon début :-).

      J’aime

  1. Temps de lecture 25 janvier 2022 / 13:12

    Merci pour le lien ! J’avais demandé un exemplaire également au Centre Tchèque l’année dernière, qui me l’ont envoyé très aimablement. Savez-vous s’il existe de tels catalogues en ce qui concerne d’autres pays ?

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:09

      Avec plaisir ! Je ne sais pas s’il existe d’autres catalogues provenant d’autres pays ; c’est une excellente question…

      Aimé par 1 personne

  2. keisha41 25 janvier 2022 / 13:35

    Ota Pavel est dans une liste…
    La guerre salamandres est incontournable, bien sûr. Je participe au mois, mais avec d’autres nationalités. cependant l’année est longue.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:11

      Exactement, la lecture de livres tchèques ne se limite pas au seul mois de mars ; je suis curieux de voir sur quelles livres tu auras jeté ton dévolu.

      J’aime

      • keisha41 28 janvier 2022 / 08:00

        Cela dépend des dispos de la bibli, de mon humeur, etc.

        Aimé par 1 personne

  3. Miriam Panigel 25 janvier 2022 / 13:59

    Merci pour le lien ! Je vais piocher dans la liste proposée. Je ne connais pas la Tchèque mais ce n est pas l envie de la découvrir qui manque

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:13

      Bonne nouvelle, c’est justement le but de ce billet ; j’espère que cela te permettra de faire de belles découvertes.

      J’aime

  4. nathalie 25 janvier 2022 / 17:47

    Je n’ai pas vraiment apprécié les Salamandres. En revanche, Bohumil Hrabal, grand oui (et d’ailleurs… il y en aura sur mon blog en mars). Faut que je regarde ces titres moins connus et/ou plus récents !

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:15

      Je n’ai encore jamais lu « La guerre des salamandres », je ne peux donc juger ; c’est un plaisir de savoir que Hrabal sera au menu du mois de mars, je trouve qu’il n’a pas été tellement chroniqué dans nos éditions précédentes.

      J’aime

  5. Passage à l'Est! 25 janvier 2022 / 18:00

    Mmm, quelle bonne idée de nous proposer cette sélection! Agrémentée en plus de liens vers les uns et les autres – c’est très sympathique, merci.
    Pas de découvertes pour moi dans cette liste, sauf Petra Hulova dont je ne savais pas qu’elle était déjà traduite en français. Mais je me dis qu’avec seulement six de ces titres chroniqués jusqu’ici, je suis un peu à la traine sur le blog.
    D’ailleurs, as-tu vu mon message te disant ok pour Škvorecký en mai?

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:18

      Merci pour ton commentaire. Je me doutais bien que tu connaitrais les titres ainsi répertoriées, d’autant plus, il est vrai, que ce ne sont pas les moins connus ! Mais il est vrai qu’en furetant sur ton blog, je me suis également dit que la littérature tchèque n’était finalement pas si représentée !
      Concernant Škvorecký, merci de me le rappeler, je suis quelque peu à la traîne sur le blog – ce serait avec plaisir, la seule limite (non négligeable) est que je n’arrive pas à trouver le livre ! Plus disponible, mais je ne désespère pas. Tu y a accès ?

      J’aime

      • Passage à l'Est! 28 janvier 2022 / 10:09

        Le centre tchèque ne l’a pas? Ou en bibliothèque? Moi, je pensais soit l’emprunter en allemand (par prêt entre bibliothèques car il n’est pas dans celle où je vais habituellement), soit l’acheter en anglais puisqu’il a été republié il y a une vingtaine d’années dans la même série de « classiques d’Europe centrale » que le Faludy que j’ai chroniqué récemment et est encore disponible.
        Bref, tu vois les contorsions que je veux bien faire pour me procurer de quoi lire Skvorecky!
        Tu seras content de savoir que j’ai prévu d’augmenter la visibilité tchèque sur le blog cette année, principalement avec des classiques.

        J’aime

      • Patrice 29 janvier 2022 / 08:17

        Je me réjouis tout d’abord en lisant la dernière phrase de ton commentaire! Concernant le livre, le Centre Tchèque l’a, mais je n’ai pas l’occasion d’aller à Paris dans les prochains mois, il se peut donc que je me dirige vers la version allemande aussi (ce sera un défi de me remettre à la lecture de livres en allemand :-)). Mal sehen !

        J’aime

  6. dominiqueivredelivres 25 janvier 2022 / 18:22

    Quelle bonne idée et utile pour les amateurs de littérature d’Europe centrale comme moi
    cela vient en complément des billes de Passage à l’Est merci beaucoup

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:19

      Merci à toi pour ce commentaire, Dominique. Cela a été un plaisir d’ailleurs pour moi de travailler à cette liste.

      J’aime

  7. dominiqueivredelivres 25 janvier 2022 / 18:25

    j’ai noté deux titres dans la liste, j’ai lu déjà les classiques du genre
    j’ai beaucoup aimé la Belle de Joza qui fut une jolie surprise de lecture

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:23

      Je suis curieux de savoir lesquels :-). Est-ce que tu as aussi lu « Ceux de Zelary » de la même auteure ?

      J’aime

  8. laboucheaoreille 25 janvier 2022 / 19:54

    J’ai justement prévu un livre tchèque de cette liste au mois de mars : celui de Hrabal. Et puis deux autres, d’autres nationalités…

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:28

      Et bien, ce mois de mars s’annonce sous le signe de Hrabal :-). Je me réjouis de lire ta chronique.

      Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:39

      Je serais très heureux de me replonger dans La fatigue du matériau !
      Sais-tu que j’avais pensé à Rudis et à mettre ton billet en lien sauf que… le livre n’est pas dans le catalogue, cela doit vouloir dire qu’il est épuisé, et c’est bien dommage.

      J’aime

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:40

      Voilà une bonne nouvelle !

      J’aime

  9. Marilyne 27 janvier 2022 / 16:18

    Ah, quelle liste tentatrice ! Mon programme à l’Est déborde, mais je note quand même :-). J’ai lu certain parmi les plus connus, d’autres m’attendent.  » Une trop bruyante solitude  » sera pour mars. J’aimerai lire La belle de Joza, j’ai eu du mal à le trouver l’année dernière.
    ( sinon, je viens de publier ma première participation aux Lectures communes autour de l’Holocauste, je ne sais où vous transmettre le lien ).

    Aimé par 1 personne

  10. Madame lit 27 janvier 2022 / 19:13

    J’ai beaucoup de livres de Kundera. J’ai lu ces derniers il y a plus de vingt ans. Je devrais peut-être en relire un pour en rédiger une chronique pour votre mois. Merci de susciter notre intérêt par le biais de cet article avec de magnifiques suggestions!

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 28 janvier 2022 / 05:48

      Merci à toi, c’est une très bonne idée. Est-ce que tu as lu La plaisanterie par exemple ? C’est pour moi un vrai coup de coeur.

      Aimé par 1 personne

      • Madame lit 28 janvier 2022 / 14:44

        Oui je l’ai lu mais il y a au moins 20 ans et mon souvenir est vague… je devrais le relire comme tous les Kundera.

        J’aime

      • Patrice 29 janvier 2022 / 08:14

        Je l’ai lu deux fois et je dois dire que la seconde lecture a changé ma façon de l’interpréter, ce qui m’avait beaucoup plu.

        Aimé par 1 personne

  11. cleanthe 11 février 2022 / 12:13

    Merci pour cette liste suggestive. J’ai mis un autre Karel Čapek au programme de mes lectures futures: « La Vie et l’oeuvre du compositeur Foltýn »

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.