Drago Jančar – Cette nuit, je l’ai vue

Dans notre dernière édition du Mois de l’Europe de l’Est, je remarquai que quelques pays manquaient à l’appel, dont la Slovénie. C’est une des raisons qui m’a poussé à explorer l’œuvre de l’écrivain Drago Jančar, que je souhaitais déjà découvrir il y a quelques mois grâce à Katarina, le paon et le jésuite, chroniqué par Passage à l’Est! . Cette nuit, je l’ai vue a été élu Meilleur livre étranger en France en 2014 et nous emmène durant la Seconde Guerre Mondiale sur les traces d’un couple bourgeois disparu lors d’une nuit de janvier 1944…

S’il est question du couple disparu, c’est surtout sur Veronika, une jeune femme moderne, séduisante, entière, excentrique (qui promenait un aligator en laisse, avant que celui-ci ne finisse empaillé après s’être attaqué au mollet de son mari !), que Drago Jančar porte son attention. Nous la découvrons de façon indirecte, grâce à cinq points de vue différents posés sur elle, sur sa disparition.

Le premier narrateur est Stevan Radovanovic, major de l’armée, alors prisonnier durant la fin de la guerre. Veronika lui a rendu visite la nuit, il en est persuadé. « Cette nuit, je l’ai vue » est le titre du livre mais aussi la première phrase de Stevan faisant allusion à cette visite nocturne. Officier serbe, il avait été l’amant de Veronika, avant que celle-ci ne le quitte sept ans plus tôt à Maribor. Le souvenir de la jeune femme reste omniprésent dans son esprit :

Je reçus sa dernière lettre au printemps trente-huit. Il s’est à peine écoulé sept ans depuis qu’elle est partie. Pour moi, c’est comme si c’était hier. Je me souviens de l’appartement vide de Maribor, jamais je ne l’oublierai. Le mobilier était là, elle n’avait rien emporté, excepté ses vêtements et quelques bibelots, mais c’était vide car elle n’y était plus, elle n’était pas là, son rire, sa démarche silencieuse, rien, dans la salle de bains, l’eau gouttait de la douche, elle s’était douchée le matin et elle était partie. Même ces gouttes, je ne les oublierai jamais, encore maintenant je les entends, ploc, ploc, elles frappaient le bac en porcelaine, comme les secondes, comme les minutes, comme le temps qui s’écoulait dans le silence.

C’est ensuite au tour de la mère de Veronika, une vieille femme qui converse avec son mari depuis longtemps disparu. Avec elle, on continue à en apprendre un peu plus sur la jeune femme, sur sa disparition en 1944…

Ainsi était Veronika, ainsi est-elle, où qu’elle soit. Quand elle prend une décision, personne ne l’arrête.

Peu à peu, grâce aux autres récits (un médecin allemand qui côtoyait le couple, et deux employés du domaine), l’image se précise, et les conditions dans lesquelles la disparition eut lieu nous apparaissent progressivement. La construction très habile du livre, la personnalité de Veronika rendent la lecture vraiment intéressante, mais ce n’est pas tout… En effet, dans leur récit, les protagonistes nous révèlent leurs états d’âme, leur vision de la disparition de Veronika, mais dépeignent également l’histoire d’un pays déchiré. Stevan est un officier modèle qui se rend compte de l’absurdité de la guerre ; Horst le médecin allemand, nous parle de la Gestapo, des tortures, se remémorant les combats auquel il participa en Ukraine en 1941, ou encore les exécutions de la fin de la guerre, par simple vengeance. De nombreuses années après, sa conscience se rappelle à lui :

J’aurais dû faire quelque chose, au moins montrer clairement mon désaccord. Mais je n’avais rien fait. Je me réveille souvent à cause de cet incident. Ce ne sont pas les choses qu’on a faites qui nous accompagnent mais celles qu’on n’a pas faites. Qu’on aurait pu faire ou au moins essayer, mais qu’on n’a pas faites.

Chacun fut obligé de choisir son camp, et Drago Jančar montre bien à quel point cela pouvait être destructeur.

Je vous recommande vivement ce livre, assez court, et très intense !

X Achetez-le chez votre libraire

X Empruntez-le dans votre bibliothèque

Lisez autre chose

Cette nuit, je l’ai vue, de Drago Jančar, traduit du slovène par Andrée Lück-Gaye. Libretto, 224 pages, 2019

Ce livre a été lu dans le cadre du Mois de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran.

25 réflexions sur “Drago Jančar – Cette nuit, je l’ai vue

  1. Madame lit 4 mars 2022 / 14:51

    En tous les cas, la dernière citation est très forte. Je partage entièrement ce point de vue. Merci pour cette présentation car ce livre m’apparaît d’autant plus nécessaire en ces temps difficiles…

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 6 mars 2022 / 19:02

      Je suis tout à fait d’accord avec toi. Merci pour ton commentaire et n’hésite pas à lire ce livre.

      Aimé par 1 personne

    • Patrice 6 mars 2022 / 19:03

      Je n’avais jamais entendu parler de ce titre, il faut que je regarde ça de plus près !

      J’aime

  2. luocine 4 mars 2022 / 15:24

    J’ai relu mon billet et je me rends compte que j’avais eu des réserves sur ce livre . Je me souviens cependant qu’il rend bien compte de la complexité des choix pendant la guerre : pourvu que nous n’ayons jamais ce genre de choix à faire.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 6 mars 2022 / 19:04

      Oui, cette guerre qui paraissait toujours loin de chez nous et qui nous rattrape aujourd’hui…

      J’aime

  3. Ingannmic 4 mars 2022 / 16:43

    Un beau roman, oui, habilement construit autour du vide de l’absence, des regrets, de la culpabilité… j’avais beaucoup aimé.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 6 mars 2022 / 18:58

      Tu n’es pas la seule et je rejoins volontiers le cercle !

      J’aime

  4. nathalie 4 mars 2022 / 18:06

    Je viens de lire Katarina (billet à paraître au cours du mois) et je trouve intéressant cette ouverture sur le rêve et sur cette visite nocturne, qui semble être un point commun entre les 2 livres. J’ai l’impression que le sujet et la structure de ce roman me plairaient davantage. En tous cas, l’auteur est bien intéressant !

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 6 mars 2022 / 18:57

      Katarina est toujours sur ma liste ; j’avais commencé à le lire et il était plus complexe que « Cette nuit, je l’ai vue ». Je suis curieux de lire ton billet !

      J’aime

    • Patrice 6 mars 2022 / 19:05

      Beaucoup d’avis positifs au final – la bonne nouvelle est que plusieurs de ses titres sont traduits en français !

      Aimé par 1 personne

  5. Marilyne 5 mars 2022 / 17:16

    J’ai adoré ce roman, renouer les fils peu à peu alors que la tension monte. Je reviens tout bientôt avec deux belles lectures tchèques.

    J’aime

    • Patrice 6 mars 2022 / 18:54

      Je comprends ton enthousiasme, c’est une excellente plume !

      J’aime

  6. allylit 6 mars 2022 / 17:20

    Ton billet me fait penser que je n’ai jamais lu de littérature slovène, je me note donc ce titre.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 6 mars 2022 / 18:49

      Le titre et plus généralement l’auteur ; tu ne feras pas d’erreur !

      J’aime

    • Patrice 13 mars 2022 / 21:06

      Tu auras cette occasion un jour, ne perds pas espoir 🙂

      J’aime

  7. Miriam Panigel 8 mars 2022 / 07:11

    Je n aurai pas le plaisir de bloquer d ici la fin du mois. Pas d’intérêt (sauf smartphone) je suis en train de lire Les Dévastées, on peut peut-être ajouter L’écho du lac de Kapka Kassabova lu en février et Le fantôme d’Odessa et Cavalerie Rouge d’isaac Babel .

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 13 mars 2022 / 21:08

      Pas de problème, je comprends tout à fait. Il y a des moments comme cela, surtout dans la période que nous vivons…

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.