Hermann Hesse – Peter Camenzind

Ecrivain né en Allemagne puis naturalisé suisse en 1923, Hermann Hesse reçut le Prix Nobel de littérature en 1946, un an après que le régime nazi, auquel il s’était toujours opposé et qui bannissait ses livres, ne fut renversé. Père d’une oeuvre abondante, l’auteur est connu pour des livres comme Le loup des steppes, Narcisse et Goldmund ou encore Siddhartha. Je vous propose aujourd’hui de découvrir Peter Camenzind, le premier roman de Hesse, sorti en 1904, et qui lui valut une grande notoriété.

Peter Camenzind est un jeune montagnard suisse qui, à la mort de sa mère, quitte son village natal pour aller étudier à l’université. Le livre retrace donc le parcours du jeune homme, son immersion dans la société des hommes, ses amitiés, ses amours, en laissant une part prépondérante au ressenti de celui qui est le narrateur.

L’une des choses qui fascine le lecteur est le caractère poétique de l’ouvrage. Hermann Hesse excelle à retranscrire le caractère immuable du village, ou encore cette nature qui façonne les hommes, donnant un vrai relief aux éléments, et exerçant auprès de Peter Camenzind une grande attraction ; cette même nature qui est le refuge de Peter face aux événements de la vie :

Les montagnes et le lac, la tempête et le soleil étaient pour moi des amis, me racontaient des histoires, faisaient mon éducation, et me furent pendant longtemps plus chers et plus familiers que n’importe qui parmi les humains, que n’importe quelle destinée humaine. Mais c’est encore aux nuages qu’allait ma prédilection ; je les préférais au lac étincelant, aux pins mélancoliques et aux rochers ensoleillés.

Ce livre est le cheminement, la quête de l’auteur vers la paix intérieure, qui ne peut se réaliser sans un retour vers le pays d’origine ; c’est aussi l’itinéraire d’un homme qui fut déçu par ses contemporains mais qui, paradoxalement, trouvera une partie des réponses dans l’un d’eux, un infirme nommé Boppie dont il prendra soin jusqu’à la mort de son dernier et qui donne l’occasion à Hermann Hesse de nous offrir quelques très belles pages.

En rédigeant cet article, je me rends compte à quel point il est difficile de résumer ce livre ou encore d’en restituer l’ambiance. C’est un livre que je vous conseille pour sa poésie, pour sa grande simplicité mais également pour son caractère universel ; écrit il y a plus de 100 ans, il invite à des réflexions qui sont toujours d’actualité, sur le sens de la vie ou encore sur la critique d’une société trop matérialiste.

Mais, toute ma vie, je suis resté indécis et tête comme un enfant et toujours j’ai attendu la vie véritable, comme si elle devait, dans un tumulte de tempête, se précipiter sur moi, me rendre sage et riche, et m’emporter sur ses grandes ailes vers un bonheur arrivé à maturité. Mais la vie, sage et économe, se tut et me laissa aller à la dérive. Elle ne m’envoya ni tempêtes ni étoiles, mais attendit que je fusse redevenu humble et patient et que fût brisé mon esprit de bravade, ma rébellion. Elle me laissa, sans y prendre garde, jouer ma comédie orgueilleuse et faire le malin, et elle attendit que l’enfant égaré retrouvât sa mère.

Aussi, je vous conseille :

X d’acheter ce livre chez votre libraire

X ou de l’emprunter dans votre bibliothèque

X de lire autre chose

Peter Camenzind, de Hermann Hesse, traduit de l’allemand par Fernand Delmas. Le livre de poche, 2019, 220 pages

21 réflexions sur “Hermann Hesse – Peter Camenzind

  1. keisha41 2 juillet 2022 / 11:34

    Mais oui, Hesse, je lis parfois ses textes plus courts; J’ai lu des romans, mais il y a tellement longtemps, alors : lesquels ai-je lus? peu importe si je relis,d ‘ailleurs..;

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 5 juillet 2022 / 05:43

      Ils ne t’ont peut-être pas trop marquée ?

      J’aime

      • keisha41 5 juillet 2022 / 07:46

        Heu, on compte en décennies, là…

        J’aime

  2. luocine 2 juillet 2022 / 18:56

    je me souviens de « Narcisse et Goldmund » mais j’avais 15 ans … c’était il y a si longtemps , je me souviens d’un roman très lent et j’ai encore l’odeur de cet été où j’ai transporté ce roman avec moi , je ne crois plus avoir la patience pour lire ce genre de romans

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 5 juillet 2022 / 05:45

      Merci pour ton commentaire. J’ai des souvenirs également de ce genre (par exemple la lecture d’Atala de Chateaubriand par une chaude journée d’été). Je me laisserais bien tenter par « Narcisse et Goldmund » de mon côté, je n’en revenais pas d’avoir attendu si longtemps pour découvrir cet auteur.

      J’aime

    • Patrice 5 juillet 2022 / 05:46

      Exactement ! C’est prévu pour novembre et la « piqûre de rappel » aura lieu en septembre !

      J’aime

  3. Bibliofeel 3 juillet 2022 / 08:12

    C’est une lecture qui me tente car j’avais énormément aimé Narcisse et Goldmund. Par ailleurs je trouve que les écrivains disent beaucoup d’eux-mêmes dans leur premier roman. Merci pour cette belle chronique 😀

    Aimé par 1 personne

  4. Marilyne 3 juillet 2022 / 09:14

    Je ne suis pas étonnée du caractère poétique, c’est par la poésie que j’ai rencontré H.Hesse. Et finalement, je n’ai pas tant lu ses romans. Il est à mon programme de novembre 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 5 juillet 2022 / 05:50

      Très bonne nouvelle de voir que Hesse sera là en novembre !

      J’aime

  5. dominiqueivredelivres 3 juillet 2022 / 11:28

    Comme je comprends ton plaisir, j’ai acheté il y a des années à la Pochothèque les oeuvres de Hesse et je les ai lu à petite dose , j’ai tout aimé, son style ses personnages l’atmosphère
    je te recommande chez Corti ses essais sur la littérature ils ont peut être été publiés en poche car ma lecture date d’environ 20 ans

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 5 juillet 2022 / 05:52

      C’est ce que je vais faire aussi, après avoir découvert ce premier titre. Merci pour la recommendation, je vais aller regarder.

      J’aime

  6. nathalie 3 juillet 2022 / 13:37

    Ah la la, je ne l’ai jamais lu, et pourtant ça fait longtemps que j’ai repéré son nom. Il s’ajoute à la longue liste des « à lire » !

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 5 juillet 2022 / 05:53

      Je n’étais donc pas le seul à ne l’avoir jamais lu :-). Tant de livres à découvrir encore, c’est le plaisir de la lecture !

      J’aime

  7. Madame lit 3 juillet 2022 / 22:48

    Ce livre a tout pour me plaire car je suis une grande admiratrice d’Hermann Hesse (j’ai lu Narcisse et Goldmund, Le loup des steppes, Le jeu des perles de verre) ,mais pas celui dont tu parles. Merci pour cette présentation Patrice car je souhaite poursuivre ma découverte des romans de ce grand de la littérature allemande.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 5 juillet 2022 / 05:55

      Merci à toi pour ce commentaire. Je découvre sur le tard la très riche oeuvre de Hermann Hesse et je comprends ton enthousiasme !

      Aimé par 1 personne

  8. laboucheaoreille 7 juillet 2022 / 08:28

    Bonjour Patrice ! Je n’ai lu jusqu’ici qu’un seul roman de H. Hesse « knulp » et j’avais vraiment beaucoup aimé ! Très envie de relire cet écrivain un jour ou l’autre et pourquoi pas celui ci car tu en parles très bien ! Bonne journée à toi 🙂

    J’aime

  9. Tania 16 juillet 2022 / 17:44

    Je ne connaissais même pas le titre de son premier roman, aussi je le note immédiatement.

    Aimé par 1 personne

Répondre à nathalie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.