27 janvier – 3 février : lectures communes autour de l’Holocauste

Ce n’est que depuis 2005, soixante ans après la libération du camp d’Auschwitz, que le 27 janvier est la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. En commémorant la libération d’un camp, cette journée mémorielle met l’accent sur l’aspect le plus horrifiant de toute la politique nazie de destruction programmée des Juifs d’Europe : le réseau de camps de concentration et d’extermination qui a recouvert l’Europe durant la Seconde Guerre mondiale.

Du Grand Voyage de Jorge Semprún au Si c’est un homme de Primo Levi, les camps sont aussi au cœur de la « littérature de l’Holocauste ». Cependant l’Holocauste, et sa traduction en littérature, évoque une tragédie qui dépasse les frontières des camps : la vie interrompue ou terminée nette de communautés juives européennes d’avant-guerre, les ghettos, la vie dans la clandestinité, les exécutions sommaires de masse (« Shoah par balles »), puis la vie d’après-guerre avec le souvenir des six millions de Juifs disparus, celui des survivants, la reconnaissance tardive du génocide dans la sphère publique et la prise de conscience (ou non) de la culpabilité d’individus et de groupes entiers.

Ce sont tous ces aspects de l’Holocauste, et leur présence dans la littérature, que nous vous proposons d’explorer le 27 janvier 2021 et dans la semaine qui suivra (27 janvier – 3 février), en mémoire des six millions de Juifs mis à mort par l’Allemagne nazie et ses collaborateurs.

Passage à l’Est! a été à l’origine de ce projet auquel elle m’a proposé de participer et je l’en remercie vivement. Nous vous invitons ainsi à partager avec nous une lecture ayant trait à l’Holocauste : témoignage, roman, poème, pièce de théâtre… qu’ils soit liés à l’expérience juive de la Seconde Guerre mondiale ou à celle de ses autres victimes tziganes, handicapés, opposants politiques, homosexuels ou prisonniers de guerre.

Pour participer, il suffit de partager votre lecture sur votre blog, ou sur les réseaux sociaux, du 27 janvier au 3 février, et de nous le signaler par mail ou dans les commentaires sous cet article, pour qu’on puisse l’intégrer dans la liste de vos lectures que nous publierons après le 3 février. Vous trouverez ci-dessous quelques pistes de lecture.

A très bientôt

———————————————————————————————————-

Suggestions de lectures de « Et si on bouquinait ? » (principalement romans, témoignages, livres historiques)

  • Etty Hillesum, Une vie bouleversée (traduit du néerlandais par Philippe Noble ; Points, 2020). Journal intime rédigé par une jeune femme juive internée dans un camp de transit aux Pays-Bas puis à Auschwitz où elle périra fin 1943.
  • Robert Merle, La mort est mon métier (Folio, 1978). Ce livre correspond aux pseudo-mémoires de Rudolf Höss, commandant du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz pendant la Seconde Guerre Mondiale.
  • Marceline Loridan-Ivens, Et tu n’es pas revenu (Le livre de poche, 2016). Arrêtée et déportée à Birkenau en 1944, l’auteure parvient à survivre tandis que son père mourra à Auschwitz. Soixante-dix ans plus, elle lui adresse une lettre dans laquelle elle lui raconte sa captivité, son retour, sa vie après les camps.
  • Jurek Becker, Jakob le menteur (traduit de l’allemand par Claude Sebisch ; Grasset, 1997 ). Dans un ghetto juif en Pologne, un cafetier, Jakob Heim, fait preuve d’inventivité et raconte des nouvelles rassurantes sur l’avancée des Alliés, afin de rassurer ses compagnons d’infortune.
  • Père Patrick Desbois, La Shoah par balles (Plon, 2019). Prêtre catholique s’étant rendu célèbre par ses recherches sur la shoah, et notamment les Einsatzgruppen sur le front Est, il relate ici ce qu’on a appelé la Shoah par balles, en s’attardant sur le « rôle joué par les populations locales, par les voisins et les militants qui permirent le fonctionnement de la machine à tuer des nazis ».
  • Annette Wieviorka, Auschwitz expliqué à ma fille (Seuil ; 1999). Sur cette immense question de la Shoah, sur l’énigme du mal absolu, une historienne reconnue répond aux questions, très directes, de sa propre fille.
  • Andrzej Umanski, La Shoah à l’Est : regards d’Allemands (Fayard Histoire ; 2017). L’auteur, historien originaire d’une famille juive ukrainienne, a réuni les lettres, journaux intimes, dépositions des acteurs mais également des spectateurs des exécutions qui se sont déroulées sur le Front Est.
  • Hannah Harendt, Eichmann à Jérusalem – un essai sur la banalité du mal (traduit de l’allemand par Anne Guérin ; Folio Histoire, 2006). Compte-rendu du procès d’Adolf Eichmann, montrant son rôle dans l’extermination des juifs, auquel s’ajoutent des réflexions politiques et philosophiques.
  • Beate & Serge Klarsfeld, Mémoires (Livre de poche, 2016). Retour sur une vie consacrée au combat pour la mémoire des victimes de la shoah et à la chasse incessante d’anciens nazis.

Passage à l’Est nous présentera quant à elle des livres d’auteurs d’Europe centrale, de l’Est et des Balkans.

  • Imre Kertész, Être sans destin (traduit du hongrois par Charles et Natalia Zaremba ; Actes Sud, 1998) : avec ce livre composé à Budapest dans la solitude des années d’après-guerre, l’auteur – prix Nobel de littérature en 2002 – cherche la voix nécessaire pour reconstituer son expérience des camps. Vous pouvez lire la chronique de Passage à l’Est! ICI.
  • Arnošt Lustig, Elle avait les yeux verts (traduit du tchèque par Erika Abrams ; Galaade, 2010) : né à Prague en 1926 et rescapé des camps, l’auteur écrit ici l’histoire de l’adolescente Hanka, et des choix qu’elle doit faire pour survivre à l’enfer d’Auschwitz. Un livre qu’Eva avait chroniqué lors de la première édition du Mois de l’Europe de l’Est, vous pouvez retrouver son billet ICI.
  • Clara Kramer avec Stephen Glantz, La guerre selon Clara (traduit de l’anglais par Isabelle Taudière ; Calmann-Lévy, 2009) : Zolkiew, petite ville polonaise, est envahie par les nazis à l’été 1941. Durant deux ans, Clara (douze ans), se cache avec dix-sept autres personnes sous une maison afin de survivre.
  • Hanna Krasnapiorska, Lettres de ma mémoire (traduit du biélorussien par Alena Lapatniova ; Ver à Soie, 2020) : née en 1925, l’auteure témoigne dans ce livre publié pour la première fois en 1984, des conditions de vie dans le ghetto juif de Minsk, dont elle est l’une des rares survivantes.
  • Piotr Rawicz, Le sang du ciel (en français ; Gallimard, 2014) : l’auteur, né en Galicie, survivant d’Auschwitz et installé en France après la guerre, prend dès 1961 le parti de la fiction pour évoquer la fuite d’un homme face à la persécution nazie.
  • Aharon Appelfeld, Les Partisans (traduit de l’hébreu par Valérie Zenatti ; Editions de l’Olivier, 2015) : né en Bucovine (alors en Roumanie), l’auteur a tout juste dix ans lorsqu’il s’évade d’un camp. Ce roman, qui se déroule dans une forêt d’Ukraine, raconte les derniers mois de guerre d’un groupe de partisans juifs luttant pour survivre et pour sauver des Juifs.
  • Zofia Nałkowska, Médaillons (traduit du polonais par Agnieszka Grudzinska ; Editions Pétra, 2018) : entre fiction et document, ces textes publiés dès 1946 sont ceux d’une écrivaine renommée en Pologne, à partir de sa participation à la Commission d’enquête sur les crimes allemands en Pologne. Vous pouvez lire la chronique de Passage à l’Est! ICI.
  • David Albahari, Goetz et Meyer (traduit du serbe par Gojko Lukić et Gabriel Iaculli ; Gallimard, 2002) : dans ce beau roman postmoderne, un narrateur sans nom cherche à retracer l’histoire de sa famille disparue dans le camp de Sajmište, près de Belgrade. Vous pouvez lire la chronique de Passage à l’Est! ICI.

28 réflexions sur “27 janvier – 3 février : lectures communes autour de l’Holocauste

  1. Goran 12 décembre 2020 / 16:50

    Très bonne idée, je vais essayer de participer, mais ce n’est pas gagné… Dur dur la vie de blogueur… 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 13 décembre 2020 / 21:10

      Je sais que tu es plein de ressources, mais il est vrai qu’il y a les deux mois thématiques en février et mars…

      Aimé par 1 personne

  2. Passage à l'Est! 12 décembre 2020 / 17:17

    Je te l’ai déjà écrit mais je le remets ici: le livre d’Andrzej Umanski sur « La Shoah à l’Est : regards d’Allemands » m’intéresse particulièrement. Merci de t’être joint à moi!

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 13 décembre 2020 / 21:09

      Plaisir partagé 🙂

      J'aime

  3. keisha41 13 décembre 2020 / 08:07

    Je viens de chez Passage à l’est. je ne m’engage pas, quoique Etty Hillesum soit notée depuis des années..; Je vais ajouter comme idées Les mendelsohn, Retour à lemberg, Les oxenberg et les bernstein, et Une ile une forteresse, tous je pense dans le thème, lus et approuvés!

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 13 décembre 2020 / 21:09

      Oui, c’est une très belle liste que tu as là et qui rentrent tout à fait dans le thème !

      J'aime

  4. dominiqueivredelivres 13 décembre 2020 / 13:12

    hello quelle belle idée vous avez eu là moi qui ne participe jamais à des lectures communes je vais me laisser convaincre pour une fois
    Goetz et Meyer me tente et je l’ai commandé on verra

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 13 décembre 2020 / 21:08

      Merci beaucoup pour cette participation. J’avais beaucoup aimé la chronique de Passage A l’Est sur Goetz et Meyer, et je comprends que ce titre te tente également !

      J'aime

  5. nathalie 13 décembre 2020 / 14:55

    Tout comme Keisha, j’arrive de chez Passage à l’Est. J’essaierai de lire quelque chose ou de relire, j’aimerais bien relire Les Disparus de Mendelsohn, ce serait l’occasion. Ou Sebald. Ou autre chose (oui il n’y a jamais assez de temps et et toujours trop de livres).

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 13 décembre 2020 / 21:07

      On a tous le même souci. Les disparus de Mendelsohn est une excellente idée !

      J'aime

  6. Ingannmic 13 décembre 2020 / 18:36

    Belle idée, j’ai Primo Levi sur mes étagères, c’est l’occasion de l’en sortir.. J’ai prévu aussi de lire Lettres de ma mémoire mais plutôt pour l’Europe de l’Est, à voir.. En tous cas j’en suis au moins avec un titre !

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 13 décembre 2020 / 21:06

      Merci d’avance, heureux de te compter dans cette nouvelle semaine thématique. Et si tu lis Lettres de ma mémoire plus tôt, je suis toujours partant pour te suggérer d’autres titres pour le mois de mars !

      J'aime

      • Ingannmic 16 décembre 2020 / 17:36

        Oh, ne t’en fais pas, j’ai de quoi faire pour le mois de l’est !!

        J'aime

  7. laboucheaoreille 14 décembre 2020 / 18:11

    Je suivrai ce défi avec grand intérêt ! J’aurais aimé participer mais je crains de ne pas pouvoir… manque de temps, malheureusement.

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 31 décembre 2020 / 09:12

      Oui, les délais sont courts mais j’espère que tu trouveras de bonnes sources d’inspiration.

      Aimé par 1 personne

    • Patrice 31 décembre 2020 / 09:12

      Merci d’avance !

      J'aime

    • Patrice 31 décembre 2020 / 09:15

      Je serais heureux de lire ton ou tes billets !

      J'aime

  8. keisha41 26 décembre 2020 / 10:34

    Faut pas que j’oublie. Je viens de lire 209 rue saint maur, qui déborde un peu du thème, mais fait aussi la part belle à des hommes, femmes et enfants de cet immeuble dans les années 40

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 31 décembre 2020 / 09:17

      Je viens de regarder ce livre que je ne connaissais pas et il a l’air vraiment intéressant.

      J'aime

  9. Eve-Yeshé 3 janvier 2021 / 14:34

    j’ai adoré « Une vie bouleversée » d’Etty Hilllesum que j’ai lu il a des années sur les conseils de ma prof de Yoga…
    une option pour Imre Kertész, Être sans destin qui dort aussi dans ma PAL 🙂
    j’ai »Les disparus » de Mendelsohn en réserve mais le nombre de pages me fait peur
    idem pour « Vie et Destin » de Vassili Grossman que j’ai réussi à me procurer d’occaz mais 900 pages avec des caractères minuscules …Cela ma fait encore plus peur.
    je verrai au fur et à mesure 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Patrice 18 janvier 2021 / 21:10

      Merci pour ton commentaire, tu as vraiment une très belle sélection. J’hésite encore pour Etty Hillesum de mon côté. Tous les titres sont bien. Je viens de finir Vassili Grossmann pour le mois de mars ; si je peux te conseiller, c’est un excellent livre (même si l’on peut être perdu au début avec toutes les histoires), peut-être un peu moins dirigé sur l’holocauste seul, mais si tu as l’occasion de le lire, on peut même en faire une lecture commune pour le mois de l’Europe de l’Est.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.