Jurica Pavičić – L’Eau rouge

Pour ma dernière participation au Mois de l’Europe de l’Est, et après plusieurs livres abandonnés, j’ai décidé finalement de vous emmener vers la destination de vilégiature numéro 1 de mes compatriotes tchèques : la Croatie. Dans L’Eau rouge, Jurica Pavičić, auteur et journaliste, signe un roman captivant sur la disparition d’une jeune fille et brosse un portrait de la Croatie d’aujourd’hui.

Jurica Pavičić (*1965) est auteur de romans, de nouvelles ainsi que critique de films. Je pense que le roman L’eau rouge est son premier à être traduit en français, mais ce n’est sûrement pas le dernier. Avec son histoire, l’auteur nous convie dans la région de Split, dont il est originaire, pour une rencontre avec la famille Vela. Nous sommes alors le 23 septembre 1989. Lors de ce week-end, la vie de cette famille, d’une famille comme toutes les autres, bascule après la disparition de leur fille.

Aux dernières heures, encore insouciantes, passées par tous les membres de la famille, succèdent les premières inquiétudes le lendemain matin… avant que toute la machinerie ne se mette en marche quand la disparition est signalée à la police. Jakov, le père, et son fils Mate, le frère jumeau de la disparue, se mettent activement à rechercher Silva, parcourant la ville et les environs, tandis que Vesna, la mère, s’enferme à la maison.

Leur vie est à partir de ce moment complètement figée, concentrée autour d’une seule chose qui compte, en contraste avec le monde autour en pleine transformation. On est alors en 1989/90 – le bloc communiste s’effondre et l’existence de la Yougoslavie touche bientôt à sa fin. Pas très sûr que Vesna se rende compte de tous ces changements qui remplissent les journaux et les émissions de télé.

Tandis que les pays changent autour d’eux pour faire place à quelque chose de nouveau, la famille Vela est rongée de l’intérieur, lentement, jour après jour. Sur les poteaux et des vitrines de Misto, les affiches de Silva leur rappellent la dure réalité. La petite ville bouleversée comptera bientôt ses premiers suspects…

En donnant progressivement la parole à plusieurs personnes (dont la famille et les amis de Silva), et en avançant toujours dans le temps, Pavičić réussit à nous accompagner jusqu’à notre époque. Au fil des pages, le côté polar se met très rapidement en retrait et l’on découvre un roman social absolument passionnant sur les 30 dernières années de la Croatie. La création de nouveaux Etats, la transition vers d’autres systèmes économiques, les fameuses privatisations, la guerre… Malgré de nombreux détails, la lecture est très fluide et captivante, je vous conseille donc :

X d’acheter ce livre chez votre libraire

X ou de l’emprunter dans votre bibliothèque

de lire autre chose

L’eau rouge, de Jurica Pavičić, traduit du croate par Olivier Lannuzel. Agullo, 2021, 358 pages.

Ce livre a été lu dans le cadre du Mois de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran.

29 réflexions sur “Jurica Pavičić – L’Eau rouge

  1. Goran 31 mars 2021 / 07:46

    Merci beaucoup pour ton billet… Tu verras ce que j’en ai pensé dans pas très longtemps 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Eva 31 mars 2021 / 08:42

      Curieuse de lire ton avis 😊 Tu l’as fini ou tu es en train de le lire ?

      Aimé par 1 personne

      • Eva 31 mars 2021 / 11:12

        J’espère que tu l’as apprécié un peu plus que Russo 🙃

        Aimé par 1 personne

      • Goran 31 mars 2021 / 11:13

        Si tu veux un indice, je dirais « à peine » 🙂 😉

        Aimé par 2 personnes

      • Goran 31 mars 2021 / 11:16

        hihih, je suis très dur, je m’en rend compte 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Eva 31 mars 2021 / 11:43

        En tout cas tu ne souffres pas de fatigue printanière 🙂
        Tu n’as pas aimé le style, j’en suis sûre.

        Aimé par 1 personne

      • Eva 31 mars 2021 / 11:51

        Et la lecture commune que j’ai gentiment organisée pour toi et Patrice ? 😄

        Aimé par 1 personne

      • Goran 31 mars 2021 / 12:01

        Ça j’ai adoré, mais vraiment beaucoup, j’ai eu l’impression que le vieux du livre c’était moi.

        Aimé par 1 personne

      • Livr'escapades 31 mars 2021 / 12:16

        Je n’avais pas cliqué sur « répondre » en écrivant mon premier message, je pensais que tu ne l’avais pas vu… Si jamais « Le cahier volé à Vinkovci » t’intéresse, je peux te l’envoyer.

        Aimé par 1 personne

      • Goran 31 mars 2021 / 12:19

        Oh mais tu es très sympa, je te remercie beaucoup, mais je ne lis plus beaucoup depuis quelques temps… En tout cas c’est très sympa de m’avoir proposé 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Livr'escapades 31 mars 2021 / 12:30

        J’espère que tout va bien… En tous cas, n’hésite pas. Même dans quelques semaines/mois.

        Aimé par 1 personne

      • Goran 31 mars 2021 / 12:31

        Merci beaucoup 😉

        J'aime

  2. luocine 31 mars 2021 / 07:47

    C’est vrai que c’est un sujet sur lequel je n’ai rien lu et cela a été certainement une période bouleversée, donc passionnante.

    Aimé par 1 personne

    • Eva 31 mars 2021 / 08:46

      Oui, passionnant de suivre (aussi grâce à ce livre) à quel point le pays s’est transformé… Ce n’est pas forcément un livre joyeux.

      J'aime

  3. Livr'escapades 31 mars 2021 / 12:10

    Je me doutais que tu n’aimerais pas Goran… Le style m’a moi aussi gênée un peu au début mais le reste m’a bcp plu! En revanche, tu devrais lire « Le cahier volé à Vinkovci », perso je n’ai pas aimé mais je peux imaginer qu’il te plairait peut-être, le style te conviendra bcp mieux qu’à moi en tous cas 😅

    J'aime

  4. Ingannmic 31 mars 2021 / 12:33

    Déjà noté de mon côté, c’est le 3e billet que je lis ces derniers jours à son sujet, et tout le monde est enthousiaste (sauf Goran !!).

    J'aime

  5. laboucheaoreille 31 mars 2021 / 15:27

    L’histoire de la Croatie depuis les 30 dernières années c’est un sujet très ambitieux ! Apparemment tu as beaucoup aimé mais je retiens aussi que le style ne plaît pas à tout le monde !

    J'aime

  6. Passage à l'Est! 1 avril 2021 / 19:15

    Destination de villégiature numéro 1 des Hongrois aussi (ou peut-être ex-aequo avec le lac Balaton)! Je n’étais pas trop sûre que le livre m’intéresserait mais, si tu dis qu’il y a du social dedans, il est possible que je change d’avis.

    J'aime

  7. Temps de lecture 11 avril 2021 / 12:39

    Beaucoup aimé également, je ressors de cette lecture avec les mêmes impressions que toi.

    J'aime

Répondre à laboucheaoreille Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.